A quelques jours du festival du Rock dans tous ses états qui se tient les 26 et 27 juin, l’annonce ne pouvait pas tomber plus mal. La municipalité d’Evreux a décidé de plus verser l’intégralité de la subvention à l’Abordage. Il va manquer plus de 30 000 euros pour terminer l’année.

 

future salle dédiée aux musiques actuelles photo Kryptoy

future salle dédiée aux musiques actuelles
photo Kryptoy

Un pas en avant, deux pas en arrière… Pas facile de gérer une structure comme l’Abordage et encore moins de terminer la programmation du festival du Rock dans tous ses états dans ce contexte. Aujourd’hui, l’avenir des musiques actuelles à Evreux n’a jamais été aussi sombre. Pour boucler l’exercice 2015, il manquait  52 000 €. Or, lors d’une réunion qui devait être un point de départ du travail sur la future scène des musiques actuelles, la municipalité a annoncé qu’elle ne verserait que 20 000 €.

 

« Nous sommes tous tombés de notre chaise », confie Hedi Hassouna, directeur de l’Abordage. Après une telle annonce, se posent deux problèmes. Tout d’abord à court terme, « nous ne savons pas comment nous allons pouvoir exercer notre métier jusqu’à la fin de l’année ». Comment maintenir une équipe en place sans pouvoir payer les frais de fonctionnement et les salaires ? A long terme, c’est tout le projet de la SMAC qui est en cause. « C’est un signe inquiétant sur la volonté d’ouverture de la smac », prévue en janvier 2016.

 

RMAHN, le réseau des musiques actuelles en Haute-Normandie, se mobilise et rappelle  que « dans cette ville, existent un festival Le Rock Dans Tous Ses Etats depuis 1984 et une salle L’Abordage depuis 1989. Il y a donc depuis plus de 30 années une dynamique culturelle particulièrement vivante en matière de musiques actuelles. Successivement portée par la Maison des Jeunes et de la Culture puis par l’association L’Abordage, celle-ci a résisté au temps et à la difficulté d’exister dans une ville de 51 000 habitants. Il parait donc particulièrement légitime qu’un lieu propice soit créé afin d’accueillir cet emblème de la culture ébroïcienne. Il parait aussi indispensable que la salle historique l’Abordage soit remplacée par un équipement répondant aux normes actuelles afin de maintenir l’attractivité d’Evreux vis-à-vis des artistes et des publics ».

 

Trouver des solutions

Pourtant, la ville d’Evreux avait confirmé son soutien à l’équipe de L’Abordage et son souhait de lui confier le fonctionnement de la future smac. « Nous avons entamé ce travail avec les services de la ville. Nous avons rendu plusieurs préconisations et scénarios. Il y avait eu quelques ajustements, certes vers le bas, mais on nous envoyait des signes positifs », indique Hedi Hassouna.

 

Aujourd’hui, c’est une alarme qui sonne et l’équipe a un sacré coup de blues face aux incohérences de la municipalité. D’autant que le Rock dans tous ses états a failli être annulé cette année. « C’est un gros miracle. Nous avons fait beaucoup de sacrifices. Tout comme les partenaires et les prestataires. Nous ne pourrons pas demander cela deux fois ».

 

Jean-Pierre Pavon ne veut pas voir un horizon bouché. Convaincu qu’il trouvera une issue positive à ce problème de financement, il rencontrera très prochainement l’équipe de l’Abordage. « Pour l’instant, je ne peux rien dire mais nous allons combler le manque. Nous allons réfléchir ensemble. Tout problème a des solutions. La ville ne tient pas à ce que l’Abordage disparaisse, à ce que le personnel soit mis en danger. Aujourd’hui, personne n’a intérêt à ce que la salle ferme ses portes ».

 

L’adjoint de la ville d’Evreux chargé des affaires culturelles a également rappelé que les salariés de l’Abordage intégreront le futur EPCC qui gérera la smac, la scène nationale d’Evreux/Louviers et le Cadran. « Tous ont les qualités, les compétences et l’expérience ».

 

Encore une inconnue : la fin des travaux de la smac. L’entreprise qui devait habiller tout le bâtiment a cessé ses activités. « Celle qui reprend l’activité ne souhaite pas poursuivre le chantier. La salle ne sera jamais terminée en janvier prochain. Il n’est pas question d’arrêter les musiques actuelles sur Evreux ». Il ne reste plus qu’à convaincre.