alb portrait10couleurC’est certes la partie la plus visible mais elle reste réductrice. Un titre d’Alb tourne en boucle avec le spot publicitaire consacré à la Peugeot 3008. Il y a deux ans, la même marque de voiture avait déjà puisé dans le répertoire du Rémois. Impossible donc d’avoir échappé à Golden Chains, aujourd’hui à Whispers Under The Moonlight, issu de l’album, écrit en solitaire, Come out ! It’s beautiful. Alb ou Clément Daquin, complice de Yuksek, est un perfectionniste qui joue avec une large palette de sons et d’émotions. Dans ces pop-songs, il y a de la joie, de la noirceur, du romantisme, de la mélancolie. C’est une grande et belle traversée dans un espace rétro futuriste. Alb joue samedi 28 juin au Rock dans tous ses états à Evreux.

 

Pourquoi gardez-vous ce pseudo pour ce projet très personnel ?

Alb a été créé en 2006-2007 dans le but d’être un groupe. J’écrivais, je chantais mais je n’étais pas le lead. C’était le projet d’un groupe. Pour cet album, j’ai en effet tout fait. Mais ce n’est pas vraiment moi, c’est ma musique.

 

Vous vous différenciez de votre musique ?

Je suis papa d’une petite fille. Je l’accompagne à la crèche. Je vais faire des courses. Alb compose de la musique, chante des chansons qui sont en dehors de la réalité. C’est une projection de moi. En ce moment, Alb devient un projet de live. Il y a donc une équipe avec un batteur et des techniciens.

 

Ecrire seul : était-ce une nécessité ou une volonté ?

Quand on fait de la musique seul, on n’a personne pour nous emmerder et nous contredire. Cela a des avantages et aussi des inconvénients. Ceux de ne pas être emmerdé et de ne pas être contredit. J’aime beaucoup travailler seul, garder le contrôle de ce que je fais.

 

Pourtant vous avez effectué de nombreuses collaborations.

Oui, j’ai travaillé sur plusieurs projets. Je me suis mis au service d’autres artistes, comme Yuksek avec qui je partage le studio. Je l’ai accompagné sur sa tournée mondiale en 2011 et 2012. Je suis un peu multitâche. J’adore faire de la musique tout simplement.

 

Vous avez aussi travaillé pour les Rouennais de Yé-Yé.

Ah oui, j’ai coécrit un morceau avec eux (Understand, sur My Trap, ndlr).

 

 

Vous travaillez seul. Est-ce que le passage au chant a été délicat ?

Délicat, non. En revanche, cela a été un long travail. C’est pour cette raison que l’album a demandé autant de temps. J’ai dû assumer le fait d’être le frontman. Pour cela, je suis passé par plusieurs étapes pour trouver ma voix et aussi ma voie. Sur scène, il faut incarner.

 

Est-ce que vous aviez imaginé Come out ! It’s beautiful avec un fil narratif, comme un album-concept ?

Oui, un album-concept dans son agencement. Chaque morceau est indépendant mais il est accord avec le précédent et le suivant. L’album ne raconte pas vraiment une histoire mais il a une évolution constante. Il est de plus en plus rock, torturé, pour aller jusqu’à un electro-rock progressif avec des machines de plus en plus prestigieuses. Ce peut être le résumé d’une journée, d’une année. Il y a une forme de cycle. Je me suis rendu compte assez vite que cela racontait quelque chose. A la moitié du travail, j’ai vu un début et j’avais la fin. J’ai construis le reste en fonction de cela. Tout s’est déroulé comme dans un film avec un scénario.

 

Est-ce que la publicité vous a donné un élan ?

Cela porte d’une certaine manière. Mais ce ne permet pas d’être identifié comme un groupe français. J’ai chanté sur scène Whispers Under The Moonlight. Des personnes sont ensuite venues voir l’ingé son pour lui demander de qui était cette reprise… Cela reste cependant un bon starter.

 

  • Samedi 28 juin à 18h25 au Rock dans tous ses états, hippodrome de Navarre à Evreux. Tarifs : de 70 à 53 € les deux jours, de 53 à 42 € une journée.

 

Le programme

Vendredi 27 juin à partir de 17h30

  • Two Bunnies In Love
  • Kuroma
  • Birth Of Joy
  • For The Hackers
  • Family Of The Year
  • Gaspard Royant
  • Sarah W Papsun
  • The Dilliger Escape Plan
  • MGMT
  • Primal Age
  • Deluxe
  • Throes + The Shines
  • Kasabian
  • Fritz Kalkbrenner

 

Samedi 28 juin

  • Hill Valley
  • Mars Red Sky
  • Hundreds
  • Trampolene
  • Alb
  • Peter Von Poehl
  • Metro Verlaine
  • Dorians’s Grace
  • Black Worrell
  • Dub Inc
  • Vundabar
  • Deltron 3030
  • Salut C’est Cool
  • Interpol
  • Massive Attack
  • Super Discount 3 Live