Chercher le garçon est une histoire née à Dieppe. Thomas Gornet confie cette première pièce de théâtre à Marie Bondel, metteur en scène. La création a lieu mercredi 5 février au Drakkar à Neuville-lès-Dieppe et se joue vendredi 5 mars à Fécamp.

 

photo Thierry Laporte

photo Thierry Laporte

Chercher le garçon… Trois mots qui renvoient au titre de Taxi Girl qui a inondé les ondes en 1981. Il y a eu ensuite le film de Dorothée Sebbagh, sorti en 2012. Voilà le texte de Thomas Gornet. « Pendant l’écriture de la pièce, j’ai entendu la chanson à la radio. Ce fut une évidence parce qu’elle évoque une mélancolie que j’adore », confie Marie Blondel, metteur en scène. Aussi parce qu’elle pourrait résumer le texte de Thomas Gornet qui signe sa première pièce de théâtre, écrite à Dieppe lors d’une résidence. « On ressent cette ville. On voit les falaises, les rails de chemin de fer, on entend la mer, le vent ».

Chercher le garçon de la compagnie du Dagor est une histoire d’adolescents. « Nous avons une vraie sensibilité avec cette tranche d’âge. Je pense que nous sommes encore tous les deux dans cette période-là où tout est très fort, sublimé, transcendé. Nous avons aujourd’hui la sensation de ne pas avoir vécu cette période parce que nous avons été trop sages », explique Marie Blondel.

Dans cette pièce, deux garçons, Tom et Tony, se lient d’amitié. Pourtant, beaucoup de choses les opposent. Le premier se montre plutôt exubérant, charmeur et charmant. Quant au second, renfermé sur lui-même, il éprouve un mal-être. Cette relation amicale très forte se terminera par un drame. Epris de liberté, les deux adolescents ont un projet en Angleterre : « faire de l’argent ».

« Cette histoire est construite comme un polar. Grâce aux flashbacks, on comprend pourquoi cette histoire se finit mal ». Dans sa mise en scène, Marie Blondel a opté pour un traitement cinématographique avec une scénographie évoluant au fil des séquences. Sur le plateau, elle réunit une actrice, Rama Grinberg, qui symbolise « le rapport aux adultes » et deux jeunes comédiens, Pierre Bidard er Nicolas Dupont. « Ils ont l’âge des rôles. C’est un challenge pour eux. Nous avons appris à nous connaître, à trouver un même vocabulaire. Nous travaillons ensemble depuis un an et je les vois grandir ».

 

  • Mercredi 5 février à 20 heures au Drakkar à Neuville-lès-Dieppe. Tarifs : de 22 à 5 €. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr
  • Vendredi 5 mars à 20h30 au Passage à Fécamp. Tarif : 5 €. Réservation au 02 35 29 22 81 ou sur www.theatrelepassage.fr