Le festival Courtivore commence vendredi 3 mai au cinéma Ariel à Mont-Saint-Aignan avec un premier acte. Le principe : le public découvre les huit premiers courts métrages de la sélection et vote pour ses deux favoris. Des fictions et des films d’animation pour ce lancement où il est question de rencontres inattendues, d’amour, de selfies, de différences et de musique. Antoine Aubin présente Dead Wood vendredi 3 mai lors de l’Acte 1 du Courtivore et samedi 4 mai à la Maison des forêts lors de Promenons-nous dans les courts.

Antoine Aubin est musicien. Il joue avec les Sheep Shaggers. Il est aussi illustrateur, dessinateur et réalisateur. « J’ai commencé par la batterie et la guitare. Et je dessinais en même temps. J’ai toujours eu besoin de deux en même temps. Depuis quelques années, je travaille dans le spectacle vivant. Être musicien m’aide dans le dialogue entre image et, musique et danse, notamment au niveau du rythme. Dans la vidéo, c’est important quand on sait que la partie sonore, c’est la moitié du court métrage  ». 

Antoine Aubin a signé notamment les vidéos des derniers spectacles du Caliban Théâtre de Mathieu Létuvé, Raging Bull, Sur La Route de Poucet et ML King 306. Un travail remarquable ! Il a également tourné quelques clips. Autre création originale : la réalisation de Dead Wood, un premier court métrage de 16 minutes qu’il présente vendredi 3 mai lors de l’acte 1 du Courtivore à l’Ariel à Mont-Saint-Aignan et samedi 4 mai pendant Promenons-nous dans les courts, première soirée thématique du festival.

Comme des marionnettes

Dead Wood est un film d’animation construit selon une technique particulière. Antoine Aubin qui a quitté la Normandie a entamé son travail par des dessins à l’aquarelle ou au crayon. « Quand je suis arrivé en Auvergne, j’ai découvert des forêts de pins. J’y ai fait beaucoup de photos, de repérages. J’ai enregistré des sons. Cela a beaucoup nourri ce projet ». Il a ensuite numérisé ses dessins, puis les a découpés avant de les animer. « Les personnages deviennent ainsi des marionnettes virtuelles ».

Dead Wood raconte une tranche de la vie de Ed, un homme solitaire, à la barbe et aux cheveux longs. Son visage est marqué par les turbulences d’une existence. Il est installé dans une cabane au milieu d’une forêt dense et sombre. Là, il va rencontrer des monstres, des créatures qui le hantent. Antoine Aubin joue autant avec les lumières, les ombres que les bruits, les musiques qui peuvent être angoissants. C’est un voyage à la fois visuel et sonore.

Programme de l’Acte 1 du Courtivore

  • Le Roi des démons du vent de Clémence Poésy
  • Air comprimé d’Antoine Giogini
  • Selfies de Claudius Gentinetta
  • Ashmina de Dekel Berenson
  • Dead Wood d’Antoine Aubin
  • Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet
  • Skip de Guy Native
  • Make It Soul de Jean-Chales Mbotti Malolo

Infos pratiques

  • Vendredi 3 mai à 20 heures au cinéma Ariel à Mont-Saint-Aignan