Il aime les bonheurs simples, part en quête de la joie. Avec ses chansons, entre tendresse et humour, Barcella veut ensoleiller la vie. Soleil est d’ailleurs le titre de ce quatrième album dans lequel le chanteur, originaire de Reims, évoque l’amour, l’espoir, les voyages… En fait tout ce qu’il y a de plus lumineux dans un tableau sombre. Cela n’empêche pas quelques touches mélancoliques. Barcella reprend sa tournée et sera mardi 26 février au Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen. Entretien.

Est-ce qu’un album est un chapitre de votre vie musicale ?

Oui, c’est toujours cela. Je considère les albums comme des carnets de route. La mécanique est simple. Quand on exerce un tel métier, on voyage toujours, on rencontre des personnes de sensibilité différente. Il est toujours possible de faire de belles rencontres à celui qui sait rester ouvert. En fait, un album vient clore ces moments de voyage.

De ces voyages, il reste les émotions.

Oui, il reste les sentiments qui nous traversent pendant des moments-là. En 2018, nous sommes allés en Chine, au Canada, en Suisse, en Allemagne, en Algérie. Je voyage aussi pendant mon temps libre. 

Il y a aussi les rêves pour voyager.

Je reste un grand rêveur. Je voyage toutes les nuits.

Est-ce que vous écrivez à chaque retour de voyage ou vous faut-il un moment pour digérer toutes vos émotions ?

Il y a un peu des deux. Mais, en règle générale, j’ai besoin de quelques semaines avant de commencer l’écriture. On a semé une graine, il faut ensuite attendre le bon moment avant de cueillir le fruit. Quand j’écris, tout est très instinctif. À partir du moment où j’ai la mélodie en tête et écrit la première phrase, les mots tombent du ciel. Et ce, indépendamment de ma volonté.

Vous avez souvent parlé des mots. Les choisissez-vous pour leur vibration ?

C’est certain. Chaque mot a une vibration. Il faut d’ailleurs en faire l’expérience. Prononcez un mot qui fait du bien, cela change beaucoup de choses et aide à sortir la tête de l’eau.

Quels sont les auteurs qui vous ont marqué ?

J’écoute beaucoup Bourvil, Bobby Lapointe, Boris Vian… J’ai une grande tendresse pour Edith Piaf. J’aime bien Gaël Faye, Oxmo Puccino pour son côté urbain, Feu ! Chatterton. Il y a aussi des choses très jolies chez Robert Lamoureux

Pourquoi avez-vous choisi la chanson ?

C’est la chanson qui m’a cueilli. Je suis dans les années 1980. Je fais partie de la génération Nirvana. Ma mère était prof de Lettres. Ma sœur joue du piano. J’ai écrit des chansons. Il est vrai parfois que les mots se suffisent à eux-mêmes. Il m’est arrivé d’écrire quelques textes mais je n’ai pas vraiment avancé dans ces projets-là.

Est-ce que vous avez toujours eu besoin de soleil ?

Oui, j’en a besoin. Je parle beaucoup de soleil dans mes chansons. Depuis dix ans, j’ai un public solaire qui contribue à me rendre la vie plus joyeuse. Pour moi, soleil est synonyme de joie. Le soleil est là pour tout le monde, rayonne et fait du bien à tous. Alors je veux ensoleiller la vie. J’essaie tout en ayant conscience que le monde ne tourne pas vraiment rond. Il faut trouver ses occasions de s’émerveiller et il y en a plein, comme aller dans la forêt, chanter avec ses copains.

Infos pratiques

Relikto vous fait gagner des places

  • Gagnez vos places pour le concert de Barcella mardi 26 février au Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen.
  • Pour participer, il suffit de liker la page Facebook de Relikto, partager l’article et écrire à relikto.contact@gmail.com