C’est devenu un rendez-vous régulier, et le seul en France, à l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie. Pour la quatrième année consécutive, Frédéric Roels, directeur, programme un opéra participatif, un spectacle à partager en famille pour découvrir une forme musicale qui effraie encore et surtout pour chanter. Le Vaisseau Fantôme de Richard Wagner est à l’affiche du vendredi 31 janvier au dimanche 2 février.

 

Un opéra participatif

Le concept d’opéra participatif trouve son origine en Italie. C’est dans la péninsule qu’il s’impose également à partir de 1999 avant de conquérir le public en Belgique, en Allemagne, puis en France.

Le principe est simple : un opéra du répertoire est adapté pour les enfants. Durant la représentation, le public est amené à interpréter quelques airs lorsque le chef l’y invite. Dans Le Vaisseau fantôme, dirigé par Julien Masmondet, il prendra la place du chœur. « Un tel projet est intéressant parce qu’il intègre à la dimension pédagogique l’artistique. On peut ainsi entrer dans l’identification de l’opéra par le corps et par le chant », remarque Frédéric Roels.

 

Un concours

Ce projet artistique a fait l’objet d’un concours de mise en scène et d’adaptation lancé en 2012 au niveau européen par trois maisons d’opéra, le Teatro Sociale di Como en Italie, le Theater Magdeburg en Allemagne et l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie qui ont choisi Le Vaisseau fantôme de Richard Wagner pour célébrer le tricentenaire de la naissance du compositeur allemand. Sur les trente dossiers reçus, le jury international a retenu la proposition de Lucas Simon, metteur en scène français.

 

Une pièce majeure

Avec Le Vaisseau fantôme, c’est une plongée dans l’univers marin… Richard Wagner compose cet opéra en 1843 en Allemagne après une traversée de la Manche lors d’une violente tempête. Pour le livret, il s’inspire d’une légende. Selon le mythe du Hollandais, un homme est condamné à errer éternellement sur les flots après avoir invoqué le diable lors du passage d’un cap dangereux. Seule issue : l’amour d’une femme fidèle. Il a alors la possibilité d’accoster une fois tous les sept ans pour trouver cette compagne.

Wagner écrit une partition très contrastée, puissante où l’on entend les océans se déchainer.

 

Un défi

Réduire une telle partition de moitié n’est pas une tâche aisée. « Il faut bien connaître l’ouvrage d’un point de vue musical et dramaturgique. Nous avons effectué 17 coupes et pris des parties qui permettent de garder l’histoire globale », explique Lucas Simon, metteur en scène.

Pour ce spectacle, il a imaginé un grenier. Une jeune fille explore cet espace, manipule les objets qu’elle y trouve et se raconte une histoire. Celle du Vaisseau fantôme.

 

La distribution

Le Hollandais : Vincent Billier

Senta : Chantal Santon

Daland : Jean-Vincent Blot

Mary : Tatyana Ilyin

Erik : Carlos Natale

Orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie

Direction musicale : Julien Masmondet

Mise en scène : Lucas Simon

 

Les dates

Vendredi 31 janvier à 20 heures, samedi 1er février à 19h30, dimanche 2 février à 11 heures au Théâtre des Arts à Rouen. Tarifs : 12 €, 7,20 €. Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr

 

La préparation

Des Cd et livrets sont disponibles à la billetterie de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie

Les chants sont téléchargeables sur le site : www.operaderouen.fr

Des séances d’apprentissages avec Jeanne Dambreville, chef de chant, et Laura Fromentin, pianiste, sont organisées dimanche 19 janvier à 10 heures et mercredi 22 janvier à 14 heures.

Une répétition finale se déroule une heure avant chaque représentation.