C’est le deuxième rendez-vous du Temps des créations. Après une résidence, la compagnie de Clément Dazin, La Main de l’homme, fait découvrir Humanoptère, une pièce de jonglage pour 7 interprètes qui prône la lenteur. A voir du 12 au 14 octobre au cirque-théâtre à Elbeuf.

Entre le jonglage et le travail au quotidien, il y a des points communs. Clément Dazin les souligne dans sa création Humanoptère qu’il propose avec sa compagnie La Main de l’homme du 12 au 14 octobre au cirque-théâtre à Elbeuf. Le jonglage, il connaît puisqu’il fait partie des artistes les plus doués et les plus inventifs, sortis du centre national des arts du cirque. Le travail, il connaît aussi. Si Clément Dazin a « toujours été jongleur », il n’a « pas toujours été un artiste ». Il est passé par l’IUT pour apprendre le commerce, décroché un Master en management avant de devenir contrôleur de gestion. « J’ai eu une expérience dans le monde du travail du cirque. Un jour, j’ai été éjecté du groupe après avoir évoqué mon salaire. J’ai été licencié brutalement. Même dans le milieu culturel, on est aussi soumis à cela ».

Dans Humanoptère, Clément Dazin raconte ainsi la relation au travail. Le travail tel cet état d’une personne qui souffre. C’est la définition du dictionnaire qu’il retient pour écrire cette pièce entre cirque et danse. Le travail, c’est une cadence, toujours de plus en plus rapide, des objectifs de productivité, la compétition, la répétition des gestes qui conduit à l’uniformisation, puis à la déshumanisation. On n’est pas loin des Temps modernes de Chaplin.

Humanoptère raconte la vie d’une micro-société. 7 personnes reproduisent des gestes, telle une mécanique du travail. Tous lancent une ou des balles pour les rattraper. « Le travail du jonglage est absurde », admet Clément Dazin. « On envoie des balles qui retombent. Et cela ne s’arrête jamais. De plus, on est content de le faire. Dans tout cela, il y a du plaisir. Et c’est tout le paradoxe. Il y a la satisfaction de soi. Dans le labeur, on peut approcher le sacré. Il y a une récompense après l’effort ».

Dans cette création, Clément Dazin aborde une nouvelle la question du mouvement. Avec lui, elle est indissociable du jonglage. « Cela a toujours été en moi. Au départ, je suis gymnaste. Je voyais cela comme de la danse. Comme pour le jonglage. On dessine des lignes et des courbes et le corps joue avec cela. La machine redevient alors humaine ». Humanoptère est une allégorie poétique du travail qui rappelle tout le plaisir de la lenteur.

 

 

 

  • Spectacle tout public à partir de 10 ans.
  • Jeudi 12 octobre à 19h30, vendredi 13 octobre à 20h30, samedi 14 octobre à 18 heures au cirque-théâtre à Elbeuf. Tarifs : de 16 à 9 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 32 13 10 50 ou sur www.cirquethéâtre-elbeuf.com