Chloé Moglia emmène cinq artistes dans un espace au gré des Aléas, une nouvelle création de la trapéziste présentée mercredi 13 mai au Hangar 23 à Rouen.

 

photo Benoît Pelletier

photo Benoît Pelletier

Pourquoi six femmes se retrouvent pour passer un certain nombre d’heures à se suspendre ? Réponse de la trapéziste Chloé Moglia de la compagnie Rhizome : « quand on y pense, c’est absurde de se suspendre au dessus du vide. Cela ne produit rien. C’est dangereux. Ça fait mal aux mains et ça reste une pratique décalée et étrange ».

 

Dans son nouveau spectacle, Aléas, interprétée au Hangar 23 à Rouen, Chloé Moglia débarrasse la suspension de toute l’esthétique du trapèze afin d’aborder d’autres thèmes. « La suspension fait alors ressurgir des questions, des sensations, des sentiments. Elle crée des remous ».

 

Pour Chloé Moglia, il y a la volonté d’éprouver le corps. « Cela nous oblige à réfléchir sur la physique, sur le poids, la masse, sur le bas et le haut. Ce qui conduit à penser à la notion de légèreté. On réfléchit aussi à des notions de biologie. Que sommes-nous d’un point de vue biologique ? Notre corps contient plus de bactéries que de cellules. Nous sommes des microcosmes ».

 

Aléa est un spectacle à la frontière du cirque et de la danse qui commence par une longue traversée de la salle, du haut des gradins jusqu’à la scène, le long d’une barre. Cinq « Suspensives » évoluent sans filet au dessus d’un plateau dessiné de plusieurs filins métalliques tendus dans différents sens. Chacune apporte sa vision de la suspension tout en questionnant la force et la fragilité

 

 

  • Mercredi 13 mai à 20h30 au Hangar 23 à Rouen. Tarifs : de 18 à 8 €. Réservation au 02 32 76 23 23 ou sur www.hangar23.fr