La Petite Symphonie de Daniel Isoir accompagne le chanteur Arnaud Marzorati pour une histoire sur L’Empire des mers. Une grande épopée de plusieurs siècles à vivre en musique lundi 13 août au palais Bénédictine à Fécamp lors des Musicales de Normandie.

photo Alexandra Galleron

L’Empire des mers, c’est l’histoire d’un jeune mousse qui part pour la première fois vers le grand large à bord d’un bateau. Une histoire racontée avec un répertoire de chansons populaires et une liste de textes, pour certains retrouvés en Normandie auprès des pêcheurs des Terre-Neuvas. Il y a tout d’abord les poèmes et les chansons de Gabriel de La Landelle (1812-1886), officier de marine, journaliste et romancier, issu d’une famille de marin breton. Ce capitaine de frégate a publié divers textes sur le monde maritime pour partager des scènes de la vie en mer.

Au programme également les œuvres de Daniel Steibelt (1765-1823), compositeur et pianiste allemand marqué par de nombreux voyages, de Pierre-Jean de Béranger (1780-1857), célèbre chansonnier français qui a décrit avec une grande liberté son époque, un chant traditionnel des marins de Fécamp, de Saint-Pierre-en-Port.

Une leçon pour le mousse

Ces chansons évoquent le départ, l’absence, les longs voyages, le combat naval, le travail à bord, la peur des tempêtes, l’espoir, les croyances, les sirènes… Dans Les leçons du mousse, Gabriel de La Landelle apprend aux très jeunes marins les noms des différentes parties d’un bateau (cordage,  voile), la manière d’effectuer les nœuds, donne quelques conseils pour supporter ces longs voyages et les caprices des éléments.

L’Empire des mers, c’est aussi le tout nouveau répertoire de La Petite Symphonie de Daniel Isoir qui accompagne une nouvelle fois le chanteur Arnaud Marzorati lundi 13 août au palais Bénédictine à Fécamp dans le cadre du festival Les Musicales de Normandie. Ensemble, ils s’emparent d’un répertoire populaire de tradition orale. « Pour l’interpréter, il faut partir de la mélodie et se mettre d’accord sur un arrangement. J’aime beaucoup ça en tant que musicien. Quand on fait de la basse continue, on est habitué à improviser. C’est ce qui fait que la musique est vivante », se réjouit Daniel Isoir, pianofortiste. Il le mêle à des œuvres des musiques savantes composées par Beethoven et Haydn avec des extraits de trio.

  • Lundi 13 août à 20h30 au palais Bénédictine à Fécamp. Tarifs : 15 €, 12 €, gratuit pour les moins de 18 ans. Réservations au 07 61 24 70 41, au 09 53 23 27 58 ou à billetterie.musicalesnormandie@gmail.com

Programme complet sur www.musicales-normandie.com