Lors de leurs multiples tournées internationales, le Quatuor Ébène fait une étape mardi 14 août en l’église de Saint-Étienne à Fécamp. Il interprète des pièces de Beethoven et Fauré lors des Musicales de Normandie. Gagnez vos places en écrivant à relikto.contact@gmail.com

photo Julien Mignot

Le Quatuor Ébène est une référence en musique. Il est l’une des formations les plus reconnues pour la singularité de son approche du répertoire classique et son regard sur les formes plus contemporaine. Les quatre musiciens, Marie Chilemme, alto, Raphaël Merlin, violoncelle, Pierre Colombet et Gabriel Le Magadure, violons, se distinguent également par leurs nombreux prix prestigieux, leur volonté de transmission et leur jeu passionné et élégant.

Pour les Musicales de Normandie, le Quatuor Ébène interprète mardi 14 août en l’église Saint-Étienne à Fécamp trois pièces majeures de Fauré et Beethoven. Il y a tout d’abord le Quatuor à cordes de Gabriel Fauré (1845-1924). C’est la dernière partition écrite juste avant son décès par le compositeur français en hommage à Camille Bellaigue, critique musical. Gabriel Fauré ose là s’emparer d’un genre dans lequel Beethoven excellait, considérait-il. Cette pièce musicale, très mélodieuse, offre des instants de mélancolie et des développements plus lumineux.

Au Quatuor de Fauré, l’ensemble ajoute tout logiquement deux œuvres de Ludwig van Beethoven (1770-1827). La première : le Quatuor à cordes op. 18 n°5, composé entre 1799 et dédié au prince Joseph Franz von Lobkowitz, est un clin d’œil à Mozart. Quant au Quatuor à cordes n°9 op.59, écrit en 1806 pour le prince Andreï Razoumovski, il démontre toute la maturité du compositeur allemand. Il a cette particularité d’avoir une certaine puissante, de créer des atmosphères harmonieuses et mystérieuses.