Bartók, Schubert et Beethoven sont au programme du concert de la Maison illuminée. Ecoutez Les Violons d’automne jeudi 8 octobre en l’église Saint-Maclou à Rouen.

 

photo Guy Vivien

photo Guy Vivien

Les Violons d’automne : tel est titre du nouveau concert de la Maison illuminée. Il renvoie bien sûr au poème de Verlaine, Chanson d’automne avec ses premiers vers inoubliables : Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone… Des premiers vers cités sur les ondes en 1944 pour annoncer le Débarquement en Normandie.

 

La poésie se mêle à l’histoire. Avec Oswald Sallaberger et sa Maison illuminée, la musique se marie aussi avec l’histoire et avec le patrimoine. Pour ce concert, programmé jeudi 8 octobre en l’église Saint-Maclou, le maestro et violoniste a choisi La Grande Fugue de Beethoven. Là, résonnent les violons d’automne avec cette partition, complexe et magnifique. « C’est une vibration automnale qui n’est pas du tout mystique mais cette pièce évoque quelque chose de perdu. Il faut donc trouver la force de résister. Résister à ce poids de l’histoire et se souvenir pour que rien ne soit oublié ».

 

Oswald Sallaberger a également fait des recherches sur les toutes premières partitions des compositeurs. « Elles sont très souvent intéressantes et ne sont jamais jouées ». Dans son Quatuor n°1, on retrouve « tout le génie » de Schubert. « Après une introduction lente et sombre, le premier mouvement, déchirant, est très romantique. Suivent un songe des temps anciens, puis des scènes de chant avant un quatrième mouvement, très dramatique. Schubert ne choisit pas une ambiance. Il mélange la joie et la tristesse ».

 

Lors de ce concert, il y aura quelques couleurs printanières avec un duo pour violons de Bartók qui fête la moisson et les six Danses champêtres de Beethoven.

 

  • Jeudi 8 octobre à 18h30 en l’église Saint-Maclou à Rouen. Tarifs : 16 €, 12 €, gratuit pour les moins de 16 ans.