Nouvelle saison et donc nouvelle programmation à Dieppe scène nationale. Cinquante spectacles dont cinq créations dessinent un parcours culturel pluriel avec théâtre, musique, danse, cirque et cinéma.

 

photo G. Voinot

photo G. Voinot

Pour cette nouvelle saison, Philippe Cogney a porté son regard vers le sud, vers la méditerranée, carrefour de plusieurs cultures, italienne, orientale, arabo-andalouse… La Méditerranée, ce sont les couleurs chaudes, le soleil. « Quand il y a le soleil, il y a aussi l’ombre, l’obscur, le sombre », remarque le directeur de DSN.

 

La saison revient largement sur « cette part d’ombre portée par ce bassin méditerranéen attachant et tourmenté ». Les événements sont connus et continuent à occuper le fil de l’actualité. « Il y a un lien parce que nous sommes dépositaires d’une forme d’engagement. A l’échelle locale, nous revendiquons cette inscription politique au même titre que l’école. Les artistes vivent dans leur époque, regardent et traduisent le monde qui les entourent ». Les spectacles programmés promettent des émotions et aussi des éléments de « réflexion autour de plusieurs thématiques. Comment les artistes travaillent sur l’identité, sur les origines et rendent ces questions universelles ».

 

Parmi ces artistes, il y a Fabio Alessandrini, auteur, metteur en scène, comédien originaire de Gênes. « Il y a des similitudes entre Dieppe et Gênes. Ce sont deux villes authentiques, populaires, portuaires et sédentaires. On regarde la mer mais on ne voyage pas forcément ». Fabio Alessandrini est présent lors de cette saison. Première rencontre : l’artiste italien propose vendredi 5 décembre Parole Al’ Dente, une création entre poésie et musique. Il présente vendredi 27 mars Voyage au pays des Kairos avec Amin Maalouf et raconte vendredi 29 mai les coulisses du football dans Touche. Comme tous les auteurs associés à DSN, Fabio Alessandrini anime plusieurs rencontres entre les artistes et le public.

 

Ces artistes, ce sont ceux de la compagnie Public Chéri qui revisite l’histoire de Don Quichotte, du Théâtre Diagonale qui reprend la légende de Marguerite Gautier, le Dame aux camélias, de Day-For-May qui évoque cette relation tenace entre performance économique et vie amoureuse, du Cabinet de curiosités qui a travaillé sur une nouvelle traduction de Noces de sang de Garcia Lorca.

 

DSN, c’est aussi le retour de Pierre Notte, artiste associé de DSN lors de la saison précédente, d’Estelle Savasta, de Roland Shön, la venue de Thomas Ferrand, de Valéry Warmotte, d’Akté, de Blanca Li, de Camélia Jordana, de Souad Massi. Cette nouvelle saison est ponctuée de plusieurs rendez-vous comme les Cafés curieux, moments musicaux du dimanche matin, le Mois de la comédie qui interroge le clown, un week-end football pour parler des mythes (dont Italie-Brésil 3 à 2, en photo) et le festival des écritures électriques qui se construit dès à présent.

 

Premier rendez-vous de la saison :

  • Vendredi 19 septembre à 18 heures avec la présentation de la saison en présence de plusieurs artistes, à 21 heures avec Les Fils de Buster par Les Fils de Teuhpu.
  • Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr