Ce spectacle est une digression dans une pensée. J’ai dit à Thibaud tu prendras la parole et on verra bien ce qui se passe est un seul en scène de la compagnie L’Accord sensible qui se joue vendredi 8 février à L’Étincelle à Rouen et dimanche 10 décembre à la scène nationale de Dieppe.

Quel est le thème de la pièce ? On ne le sait pas. Alors quel thème va développer le comédien sur scène ? Il ne le sait pas non plus. La nouvelle création de L’Accord sensible repose sur un principe radical : « quand l’acteur entre sur le plateau, il ne sait pas ce qu’il va dire et faire. Je lui donne la règle du jeu et il part en improvisation totale », annonce François Lanel. Le metteur en scène de la compagnie L’Accord sensible propose là une expérience théâtrale à partager vendredi 8 février à L’Étincelle à Rouen et dimanche 10 février à la scène nationale de Dieppe.

Une expérience qui n’aurait pas pu être possible sans Thibaud Croisy. « Avec lui, nous étions partis pour écrire une pièce. Thibaud écrit beaucoup. Mais cela ne m’a pas convenu. Avec un texte écrit, il faut répéter. Et les répétitions servent à améliorer le jeu. Avec Thibaud, ce n’est pas le cas. Il est très bon dans l’instant. Il tire le meilleur de lui-même à ce moment-là. Alors fallait-il insister dans les répétitions ou aller vers quelque chose de plus performatif ? Nous avons préféré travailler à partir de la parole instantanée ».

François Lanel

Comme du jazz

Pour le metteur en scène, Thibaud Croisy est un artiste singulier, a un caractère et un imaginaire qui lui appartient. « Il a une manière étrange de parler, un débit qui retient mon attention. Il a aussi une intelligence dans la vie comme au plateau ». Tout est dans le titre de cette pièce : J’ai dit à Thibaud tu prendras la parole et on verra bien ce qui se passe. Cette nouvelle création de L’Accord sensible est une promenade dans les méandres d’une pensée. Rien n’empêche les chemins de traverse, les sauts dans le vide, les allers et les retours.

« Nous avons avant tout travaillé sur une mécanique. Si nous jouions de la musique, ce serait du jazz. Tout est pensée, parole, délire. Et ce, à l’état brut. Le cerveau avance en zig zag. Comme dans une conversation lors d’un dîner entre amis ou en famille. Chaque représentation est forcément unique ; que ce soit dans le contenu, le rythme, l’ambiance ».

François Lanel

J’ai dit à Thibaud… vient bousculer les habitudes et les codes du théâtre.

Deux représentations

  • Vendredi 8 février à 20 heures à la chapelle Saint-Louis à Rouen. Spectacle tout public à partir de 12 ans. Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation. Tarif : 10 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr
  • Dimanche 10 février à 10h30 au Drakkar à Neuville-lès-Dieppe. Tarif : 12 €. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr