Dans sa nouvelle chorégraphie, Thomas Lebrun mêle à nouveau musique et danse. Sa troupe interprète Lied Ballet vendredi 4 décembre au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray.

 

photo Frédéric Iovino

photo Frédéric Iovino

La musique est à nouveau très présente dans la nouvelle pièce de Thomas Lebrun. « C’est un point fort. C’est aussi de cette manière que je travaille ». Le directeur du centre chorégraphique de Tours s’est emparé de la partition de Schubert dans La Jeune Fille et la mort. Dans Lied Ballet qu’il propose vendredi 4 décembre au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray, Thomas Lebrun a pioché dans quelques Lieder de Berg, Schönberg, Mahler, interprétés par Benjamin Alunni, source première d’une écriture chorégraphique généreuse, épurée, joyeuse, graphique.

 

Lied Ballet marie deux formes très codées. Thomas Lebrun associe aux Lieder le ballet, genre romantique qui a traversé l’histoire de la danse. « Je n’ai jamais pratiqué le ballet. Je n’allais pas en voir non plus. J’ai toujours été plutôt intéressé par la danse contemporaine. Cependant, tout ce que nous faisons aujourd’hui vient ce qui été fait hier. C’est toute l’histoire de l’art global. On ne cesse de revisiter les choses ».

 

Lied Ballet, interprété par huit danseurs, se déroule en trois parties, comme un ballet classique. « Dans l’acte I, il y a l’idée de la pantomime. Nous plantons le décor. C’est assez théâtral et percutant. L’acte II a été écrit sur les Lieder avec une idée de prouesse technique ». Quant à l’acte III, il présente « un corps de ballet » sur une musique contemporaine de David François Moreau. « Je me suis inspiré des constructions minimalistes des chorégraphes américains ».

 

Thomas Lebrun glisse sa danse dans des ambiances romantiques. A nouveau, la musique est jouée en direct par le pianiste Thomas Besnard. « C’est important parce que l’écoute est différente. Les danseurs sont obligés d’être à l’écoute du musicien et du chanteur. Cela a évidemment des répercutions sur l’engagement physique ».

 

 

  • Vendredi 4 décembre à 20h30 au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray. Tarifs : de 15 à 8 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 32 91 94 94.