L’Armitière à Rouen accueille une auteure parmi les plus talentueuses vendredi 11 décembre. Carole Martinez présente La terre qui penche (Gallimard).

 

photo C. Hélie

photo C. Hélie

« Nous sommes nés à la pire des époques, nous avons vu le monde s’affaisser. Il fut un temps où l’on pouvait se fier aux saisons et où les hommes se multipliaient sur la terre. Maintenant les étés sont mouillés. Tout pourrit. Chaque année, nous craignons une famine. » C’est dans le Moyen-âge d’après la Peste que revient Carole Martinez.

 

Après Le Domaine des murmures (Gallimard), Goncourt des lycéens en 2011, l’auteure retourne sur les « lieux du crime »… Mais deux siècles après. C’est Blanche qui guide le lecteur dans une époque noire et cruelle. Blanche, 12 ans, qui doit avant tout lutter. Car elle n’a pas connu sa mère, son père n’est pas des plus bienveillants et ce monde médiéval est décidément taillé pour les hommes. Pas pour les minus… Il faut toute la rigueur et l’imagination de Carole Martinez pour faire de cette histoire un récit initiatique. Une histoire de fille qui veut clamer son existence en dépit de tout. Et pourtant, que cette réalité quotidienne est rude ! Et que l’auteure nous le fait fidèlement – sans doute – ressentir !

 

On va vouloir marier Blanche avant qu’elle ne soit femme, à ce jeune garçon Aymon au regard vide. Mais c’est du côté de la lecture et l’écriture qu’elle cherche son salut. « La voix de maître Claude est celle des livres qu’il nous lit, elle ne râpe pas l’oreille, n’agite pas l’air, ne gronde personne. Pourtant, tout ce qu’il me dit me reste en mémoire, ses mots deviennent les miens. » Carole Martinez raconte l’avènement de la maturité, entre enfance et adolescence, entre réalité et vie intérieure… Elle apprend, découvre… « D’après mon maître, le Diable n’a que la force qu’on lui donne. » Blanche ne s’est pas encore écartée de la magie des histoires de son monde intérieur mais elle sent bien au fond d’elle-même que c’est elle qui change. La vie, l’amour… « Comme ton cœur était soudain compliqué, maintenant que tu savais que tu en avais un ! » Les héros en armure n’ont plus qu’à aller cacher leurs déguisements en fer blanc… Et si la terre penche du côté de Carole Martinez, le lecteur, aussi…

 

H.D.

 

  • Vendredi 11 décembre à 18 heures à l’Armitière à Rouen. Entrée libre.