La poésie et la politique traversent cette nouvelle saison de la scène nationale de Dieppe. 46 spectacles sont programmés jusqu’à juin 2019 et présentés par l’équipe de DSN vendredi 14 septembre avant le concert d’Electrik GEM.

Sur le visuel de la saison 2018-2019 de la scène nationale de Dieppe, il y a une mer calme et bleue, une bande d’herbe bien verte, un personnage en haut d’une falaise en partie caché par un voile couvert de plusieurs oiseaux exotiques s’envolant tous dans le même sens et en toute liberté… Une image pour annoncer une saison colorée et rappeler, selon le directeur, Philippe Cogney, « l’ancrage de DSN sur son territoire ». 

Cette nouvelle programmation reste en effet pluridisciplinaire. Le théâtre côtoie les danses, le cirque, la marionnette et autres objets. La musique tient une place plus importante. Outre les quatre Cafés curieux  le dimanche matin, à noter notamment la venue de Cascadeur vendredi 9 novembre et surtout un week-end consacré aux musiques actuelles les 10 et 11 mai 2019. Les spectacles s’exportent cette année davantage hors de la ville de Dieppe. Retour des tournées à partir du 21 octobre avec Gabriel Saglio & Les Vieilles Pies et leur musique métissée. 

Du rire aussi

photo Luc Arasse

Cette saison 2018-2019 comporte aussi une forte dimension politique. Philippe Cogney a programmé deux temps forts, Poésie & politique, en novembre et en avril. Quatre spectacles pour « ouvrir les champs et les esprits, apporter de la tolérance et une meilleure compréhension du monde », remarque le directeur de DSN. La compagnie Day-For-Night invite à Désobéir pour plus de solidarité. La Poursuite évoque les liens entre Orient et Occident dans Une Cigarette au Sporting. Pierre Notre réunit deux grandes comédiennes, Catherine Hiegel et Tania Torrens dans La Nostalgie des blattes, une pièce sur la vieillesse. Quant à la compagnie KF, elle raconte le destin de deux jeunes femmes, Les Amantes, blessées depuis leur enfance. 

Outre ces quatre pièces, la politique traverse une grande partie de cette la saison. Comme dans Les Ritals avec Bruno Putzulu, Quai Ouest de Koltès par Les Échappés vifs, Des Hommes en devenir de Bloc opératoire, Presqu’Illes de Sarah Pèpe par la compagnie M42, Rien ne se passe jamais comme prévu des 3 Sentiers ou encore L’Âge bête du Groupe O. Il est question d’immigration, de misère sociale, de la peur de l’avenir, des inégalités entre les hommes et les femmes, de l’identité… « C’est une ligne qui ressort depuis deux ou trois ans. Cela correspond à ce que nous avons envie de proposer. Il y a des concepts que nous souhaitons mettre en lumière. Nous voulons nous inscrire dans un espace et dans un temps, lutter contre les images fausses. Une programmation est une alchimie particulière. Il y a des choses qui échappent et surgissent. Des spectacles se font écho, ont des liens. Ce qui crée une forme de cohérence », explique Philippe Cogney.

Comme le rire en est une partie intégrante, la politique n’est pas absente du Mois de la comédie en janvier 2019, moment fédérateur. Le Théâtre de Nîmes célèbre le flamenco dans Franito. Ambra Senatore décortique les relations humaines dans Scena Madre*. Tomassenko trio est un orchestre de poche dans un univers burlesque. Tout comme celui de l’Agence de voyages imaginaires qui revisite Le Cid de Corneille. Enfin, la compagnie du Dragor raconte l’affranchissement des parents dans l’histoire farfelue de Victor ou la naissance de la pensée.

  • Ouverture de saison vendredi 14 septembre à partir de 18 heures à la scène nationale de Dieppe. Entrée libre. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr
  • Concert d’Electrik GEM à 20h30
  • Programmation complète de la saison sur www.dsn.asso.fr