C’est la deuxième Nuit de l’Alligator au 106 à Rouen. Elle se déroule mardi 19 février avec trois groupes dont Yak, trio londonien toujours aussi ambitieux et sauvage qui vient tout juste de sortir un deuxième album, The Pursuit of momentary happiness.

Il y a eu un premier album, Alas Salvation, survolté, des concerts, imprévisibles, et des critiques, dithyrambiques. Tout commençait plutôt bien pour Yak, groupe londonien formé par Oli Burslem, Andy Jones et Elliot Rawson. Même si le trio n’avait imaginé aucun avenir, le succès a donné des ailes et des envies. Notamment celles de composer un nouvel album. Mais plusieurs grains de sable sont venus gripper la machine Yak. 

L’histoire de The Pursuit of momentary happiness, titre du deuxième disque s’avère chaotique. Entre séparation, rencontres, voyages au Japon et en Australie, des soirées trop arrosées, des lendemains avec des pages blanches. Une chose était néanmoins certaine : pas question de refaire un Alas Salvation bis. Le chanteur a mis dans cet album tout son temps, son argent et son énergie. « Nous pensons vraiment que nous ne pouvions donner plus. À la fin de l’enregistrement, nous n’avions plus rien », confie Oli Burslem.

The Pursuit of momentary happiness a été composé dans l’urgence. « Selon mon expérience, plus vite vous écrivez, meilleures sont les chansons. Jamais, je m’assieds et je réfléchis à ce que je vais écrire. Cela jaillit comme cela ».

Oli Burslem

Des 29 titres que Yak a enregistrés, 11 figurent sur ce deuxième album. Tous reflétant un instant présent joyeux ou tourmenté. « Je pense que c’est toujours une bonne idée de profiter du moment dans lequel vous êtes ». Ce qui n’empêche pas une réelle profondeur. The Pursuit of momentary happiness est un déluge de rock, de punk, de soul avec de la moiteur, de la mélancolie et de l’ivresse. Et le bonheur dans tout cela ? « Honnêtement, je ne sais pas quel sens donné à ce mot. Il change sans cesse. J’ai dansé sur Abba hier soir jusqu’à l’aube et cela m’a fait du bien ».

Infos pratiques

  • Mardi 19 février à 19h30 au 106 à Rouen. 
  • Premières parties : The Schizophonics, Howlin’ Jaws
  • Tarifs : de 20,50 à 5 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 32 10 88 60 ou sur www.le106.com