C’est une première. Les Effusions se déroulent samedi 3 et dimanche 4 septembre sur l’île du Roi, autour de la Factorie, à Val-de-Reuil. Un week-end artistique que proposent les Bourlingueurs, collectif de jeunes artistes.

 

lesbourlingueursAmis, presque tous depuis le lycée à Rouen, ils sortent ou sont encore dans les conservatoires, l’école d’architecture de Rouen ou de Bruxelles, l’école supérieure d’art dramatique de Paris… Ils sont 53, musiciens, comédiens, metteurs en scène, danseurs, architectes, cinéastes, scénographes, graphistes, cuisiniers et de aussi de sacrés bons bricoleurs. Depuis trois semaines, Les Bourlingueurs aménagent l’île du Roi à Val-de-Reuil pour leur premier grand rendez-vous artistique, Les Effusions, qui se tiennent les 3 et 4 septembre. Un week-end dans un endroit paradisiaque pour découvrir leurs créations.

 

Les Bourlingueurs ? C’est une référence au roman de Blaise Cendrars, Bourlinguer. Alors pour Les Effusions, ils préfèrent parler de « voyage esthétique ». « Nous n’aimons pas la terminologie de festival qui est synonyme de biens de consommation de spectacle vivant. Souvent, à la fin, il ne nous reste pas grand-chose », remarque Théo Chédeville, organisateur. « Etre sur une île nous a aussi permis d’imaginer cet événement comme une traversée dans les différentes propositions artistiques », poursuit Laurine Baguelin, organisatrice. Avec Cendrars, il y a aussi la volonté de « vivre les choses intensément. Il y a une forme de violence dans sa vie. Il entrait ainsi en résonance avec la force de ce groupe ».

 

Un voyage donc avec des escales au théâtre, au cinéma, au concert… « Il était important que l’on puisse se découvrir à travers les pratiques de chacun. Et, à l’intérieur de chaque discipline, il y a divers langages. En théâtre, l’approche physique du Paon dans le ciment dans Rosie est différente du travail plus classique du Partage. Ce sont deux appréhensions de la scène », explique Laurine.

 

Le temps d’un week-end, l’île du Roi se transforme en fourmilière. Pour éviter de se perdre, des bonimenteurs accompagneront les spectateurs. Tout commencera avec la mise en musique de La Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France de Blaise Cendrars par Théo Chédeville et Maxime Fraisse.