L’inspiration vivaldienne traverse ce concert de l’ensemble Mensa Sonora qui joue mercredi 21 août à l’église à Varengeville-sur-Mer lors du festival de musique ancienne.

Direction Venise pour un voyage musical au cours du XVIIe siècle jusqu’au début du XVIIIe siècle. À cette époque, la ville italienne est en pleine effervescence. « Il y a de la musique partout », note Gabriel Grosbard, violoniste et directeur artistique de l’ensemble Mensa Sonora. Carlo Goldoni  (1707-1793) le raconte d’ailleurs dans ses mémoires : « On chante dans les places, dans les rues et sur les canaux ; les marchands chantent en débitant leur marchandise, les ouvriers chantent en quittant leurs travaux, les gondoliers chantent en attendant leurs maîtres ».

D’où peut provenir un tel fourmillement ? De L’Estro vivadiano ou l’inspiration vivaldienne, c’est le titre du concert de l’ensemble Mensa Sonora donné mercredi 21 août à l’église à Varengeville-sur-Mer lors du festival de musique ancienne. Un concert pour plonger dans ce style vénitien. « Vivaldi a créé une forme. On l’appelle le concerto. À cette époque, rien n’est acté parce qu’elle reste libre. On a le concerto de soliste, puis le concerto de chambre qui donnera la sonate en trio ou la symphonia. Il n’existe pas de terme. Vivaldi impose cette forme et l’exporte. Ce sont des musiques à la fois tristes et enjouées. Les ambiances changent au fil des mouvements. C’est une caractéristique italienne ».

Pour l’ensemble Mensa Sonora, il y a au départ la découverte des concertos de Giorgio Gentilli (1669-1730). « De ce compositeur, il reste six opus. On a retrouvé de lui un manuscrit et non un conducteur. Ce document nous est apparu énigmatique. Pourtant nous avions toujours entendu que Gentilli n’était pas un compositeur intéressant. Il n’a pas écrit des formes dont on a l’habitude de jouer. Nous avons alors essayé de rendre intéressantes ces musiques. Avec l’ensemble, nous avons beaucoup cherché un univers sonore, une couleur, des effets ».

Gabriel Grosbard

L’ensemble Mensa Sonora avec Gabriel Grosbard et Marie Rouquié, violons, Josèphe Cottet, alto, Antoine Touche, violoncelle, et Joseph Rassam, orgue, révèle ce style vénitien à travers également des œuvres, pour la plupart inédites, de Torelli (1658-1709), Vivaldi (1678-1741), de Schreyfogel (1707-1749) et de Padre Bicajo, compositeur à l’histoire mystérieuse.

Infos pratiques

  • Mercredi 21 août à 20 heures à l’église à Varengeville-sur-Mer.
  • Tarifs : 20 €, 10 €, gratuit pour les moins de 18 ans.
  • Réservation au 02 35 04 21 03 ou sur www.academie-bach.fr
  • Programme complet du festival de musique ancienne sur www.academie-bach.fr