La compagnie Akté donne une lecture drôle et sensible d’Exit, la pièce de Fausto Paravidino sur l’usure du couple. Reprise vendredi 26 avril au Passage à Fécamp après la création au Rayon vert à Saint-Valery-en-Caux.

C’est devenu la routine. Des discussions sans grand intérêt, des incompréhensions, des non-dits, des reproches et puis une rupture. A et B en sont arrivés là. Pour comprendre ce qu’ils sont en train de vivre, ils vont remonter le fil de l’histoire. A coups de flashbacks. C’est la première partie d’Exit, une pièce de l’auteur italien Fausto Paravidino. Après les Affaires intérieures, surgissent les Affaires extérieures parce qu’il va bien falloir se reconstruire après cette séparation. Et là, à chacun sa stratégie. B, professeur de géopolitique, va vivre une histoire avec C, une de ses étudiantes. A se cherche dans les livres d’épanouissement personnel et dans une relation amicale avec D. En Europe dévoile, dans une Italie en crise, quatre personnages en manque d’amour qui ne savent comment se le dire.

Exit est une partition musicale en trois temps qui commence avec Ti Amo (Je t’aime) d’Umberto Tozzi. Une partition savamment bien écrite et très rythmée avec des phrases courtes et percutantes. Fausto Paravidino a imaginé des dialogues savoureux, entrecoupés de narration pour l’expression des sentiments partagés directement avec le public. Pas de moments tragiques en apparence avec lui pour évoquer l’usure du couple mais beaucoup de tendresse et de rire. Un rire qui laisse néanmoins un sentiment de mélancolie à la fin de la pièce. Difficile de ne pas s’identifier à l’un de ses quatre personnages dans ce jeu qui reste cruel.

C’est Anne-Sophie Pauchet qui orchestre avec sobriété et finesse cette partition. La metteuse en scène de la compagnie Akté fait d’Exit un joli moment de théâtre avec les codes du cinéma. Un huis clos avec un canapé, lieu des confidences, et de grands voiles qui transforment et dessinent l’espace. Cette création repose aussi sur le jeu des comédiens et des comédiennes. Laure Mathis et Arnaud Troalic forment ce couple bourgeois drôle et juste, rempli de multiples doutes. Jean-François Levistre est touchant dans ce rôle de bon copain prêt à tout pour aider son prochain. Quant à Manon Rivier, elle est une étudiante pétillante. Pas de fausse note dans cette création qui sera cet été à l’affiche du festival d’Avignon.

Infos pratiques

  • Vendredi 26 avril à 20h30 au Passage à Fécamp.
  • Tarif : 8 €.
  • Réservation au 02 35 29 22 81 ou sur www.theatrelepassage.fr