affiche-225x300Les années se suivent et se ressemblent. Car d’édition en édition, le Festival de bande dessinée de Darnétal ne cesse de proposer aux spectateurs une programmation toujours plus dense et de qualité.

Depuis quinze jours, les ouvertures d’exposition s’enchainent à un rythme soutenu dans une douzaine de lieux de l’agglomération rouennaise, preuve de la capacité du festival à fédérer les énergies et à toujours trouver de nouveaux partenaires.

Les thématiques développées s’attardent sur des facettes pointues de l’univers de la bande dessinée, et cette année, l’éventail des propositions est passionnant. Car par son ouverture d’esprit, le festival 2013 réconcilie BD savante et BD populaire en mettant à jour les chefs d’œuvre des courants pourtant fermement estampillés « sous-culture ».

La BD italienne se présente fièrement au travers des trouvailles de l’éditeur de « BDs de gare » Bonelli ; les relations entre BD et architecture sont analysées en décryptant les aventures de Picsou et Donald dessinées par Blasco Pisapia (Ecole nationale supérieure d’architecture de Rouen) ; le Japon ancestral devient lumineux quand les dessins expressifs de Loïc Sécheresse sont mis en relation avec des armes et armures bien réelles (Espace François Mitterrand de Canteleu) ; la BD indépendante et subversive s’exprime au travers d’un Supermarché Ferraille foutraque (le 106 de Rouen) ; etc. La plupart des expositions se poursuivent au delà du week-end emblématique du festival, donnant la possibilités à chacun de planifier ses visites.

 

Mais pour l’heure, le climax a bel est bien débuté et battra son plein jusqu’au dimanche 29 septembre. Aux tennis couverts de Darnétal, une soixantaine d’auteurs et dessinateurs rencontrent leurs fans autant que les curieux qui découvrent leur univers, des vendeurs proposent d’innombrables BD neuves ou d’occasion et des produits dérivés, des prix décernés récompensent les artistes du moment, des ateliers et jeux divers animent les stands, et des expositions magnifient le travail d’auteurs comme celui de l’invité d’honneur et créatrice de l’affiche du festival, Barbara Canepa.
Le tableau serait imparfait si l’on oubliait le travail de l’équipe organisatrice, avec aux manettes François Lelièvre, initiateur du festival et adjoint chargé de la culture de Darnétal, Laurent Brixtel, programmateur et cheville ouvrière, Sabine Moulin, scénographe chargée de la mise en espace des différents lieux, et tous les fidèles qui font en sorte que le festivalier soit accueilli dans les meilleures conditions.

 

 

  • Samedi 28 et dimanche 29 septembre de 10 heures à 18 heures au Tennis couvert, au centre culturel Savalle à Darnétal
  • Tarifs : 7 € et 3 € les deux jours, 5 € et 3 € une journée, gratuit pour les moins de 16 ans.

 

Plus d’infos sur www.normandiebulle.com