Gabriel Tallent présente son premier roman à l’Armitière à Rouen vendredi 28 septembre. My absolute Darling (Gallmeister) ou l’amour déraisonnable d’un père pour sa fille.

photo Alex Adams

Autant prévenir les âmes sensibles tout de suite : fans de « feel good books » ou autre « chick lit », go away ! En français : si vous aimez les belles histoires romantiques qui vous font du bien, n’ouvrez pas le roman de Gabriel Tallent ! C’est son premier livre, il y a mis beaucoup et le lecteur va devoir faire des pauses. My absolute Darling, on pourrait le deviner avec le titre, est l’histoire d’un père qui a une passion sans limites pour sa fille adolescente. Un amour « absolu ». Une emprise morale et un désir physique…

Le roman se déroule dans un endroit reculé de la Californie. Le père vit seul avec sa fille depuis la disparition de la mère. Elle s’appelle Julia mais c’est juste pour l’école. Cela ne se passe pas très bien : « Je suis nulle. Je suis nulle en tout. Je ne peux pas y arriver. C’est comme de dire que je suis bonne en maths, mais que je ne peux pas réussir en maths. Je ne suis pas intelligente ». Car en vrai, c’est Croquette, son nom. Ou Turtle.

Dans la nature

Sa vie est dans la nature, pieds nus. Elle la connaît bien, la nature. « Tu peux la ligoter et l’emporter dans la broussaille, la laisser là, et si tu reviens un jour, tu découvriras qu’elle a appris à vivre avec les loups et qu’elle a fondé un royaume. » Elle connaît aussi parfaitement le maniement des armes… Mais avec son  père, elle ne sait pas trop. Son père qu’elle aime et qu’elle laisse faire. Son père agressif (« « C’est à ça que se résume ton ambition ? À devenir une pauvre petite moule illettrée ? »), ce père dont elle sait qu’il faudrait qu’elle s’en affranchisse…

Tout le talent de… Tallent, c’est de cultiver intelligemment l’ambiguïté, d’opacifier le tableau pour mettre mal à l’aise le lecteur. Car, rien n’est simple dans ce décor d’Amérique profonde. Une adolescente tente de se construire face à un adulte parano livré à lui-même et écolo fanatisé… Entre sentiment de culpabilité et lucidité. Un roman choc et complexe.

Hervé Debruyne

  • Vendredi 28 septembre à 18 heures à la librairie Armitière à Rouen. Entrée libre.