Comme pour Michel Sardou, il est difficile de quitter la scène. Johnny Hallyday ne décroche pas. Il multiplie les concerts. Le voilà de retour au Zénith de Rouen, quelques jours après son anniversaire, où il reste encore des places. L’ex idole des jeunes a 70 ans, un nouvel album, L’Attente, un disque de diamant.

 

JH_2013_20x30_PROVINCE_1Depuis samedi, cette belle phrase fait le buzz sur le web… « Vous êtes génial ! » Euh… Avec ou sans S ? Il y a des moments où on ne sait plus très bien comment manier la langue française. Donc impossible d’avoir échappé à ces mots prononcés par notre Johnny Hallyday national. Faut-il rappeler que samedi, c’était son anniversaire. Devant lui, 20 000 personnes s’étaient réunies à Bercy pour fêter ses 70 ans et ses 50 ans de carrière. Après deux heures de concert, une foule qui scande Joyeux anniversaire, on peut comprendre que tout cela fait beaucoup pour un seul homme, que l’émotion soit à son paroxysme. Il y a de quoi en perdre son latin et surtout son français.

La faute reste tout de même énorme. Ah ce Johnny, il nous fera toujours rire. D’autant que les petites perles du chanteur commencent à s’entasser. En décembre dernier, Johnny Hallyday qui fait de grands sauts de puces entre la Suisse, les Etats-Unis et la France se perd parfois dans de toutes petites villes de province. Il est vrai aussi que les Zénith de France peuvent se ressembler mais quand même… Alors qu’il était dans une salle chauffée à bloc à Saint-Etienne, Johnny a lancé un Bonsoir Clermont-Ferrand…

Les villes, les noms… Tout ça, c’est parfois compliqué. En avril 2002, au journal de Claire Chazal sur TF1, à la question : « est-ce que vous les connaissez les joueurs de l’équipe de France ? » Réponse du chanteur : « Oui, je connais Zazie évidemment ». Nous aussi mais pas avec un ballon plutôt avec une guitare et un micro.

Avec les chiffres, c’est plus facile. Johnny Hallyday a participé au rallye Paris-Dakar en 2002. Les étapes ne sont pas qu’un long fleuve tranquille et il arrive des pannes, des casses… A l’arrivée d’une d’entre elles, après un tracas : « tu te rends compte que si on n’avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart ». Mais parfois, ça se complique. « Le grand souvenir de mes 20 ans est venu plus tard quand j’en ai eu 24, avec l’arrivée de mon fils David ».

Sur la vie, Johnny Hallyday nous donne aussi à réfléchir avec ce grand classique : « Ce qui rend heureux, c’est d’être heureux » ou « je vis au jour le jour, pour demain, pas pour hier » (TV Magazine du 4 octobre 1992). Sans oublier : « pour les actes quotidiens, se réveiller ensemble, manger ensemble, c’est bien, c’est pas abstreignant » (Paris Match du 11 février 1993) Et l’aspirateur, c’est abstraignant ou pas ? Même quand on est star, tout n’est pas si aisé : « j’aimerais apprendre à dire non pour ne plus me retrouver à dire oui sans faire attention » (Vogue Hommes de septembre 1994).

Tout cela est à méditer et prête à sourire à un moment où l’ex-idole des jeunes subit un revers de la part des Français. 65 % d’entre eux pensent qu’il devrait prendre sa retraite (sondage BVA paru dans Le Parisien). 58 % assurent ne pas l’aimer. L’image de Hallyday s’est ternie au fil du temps et surtout de ses réflexions « politiques » qui ont fait l’objet de dérapages. En avril 2012, Le Canard enchaîné révélait une investigation de la brigade nationale des enquêtes fiscales mettant à la lumière « un réseau complexe de société au fonctionnement baroque » et un redressement fiscal de 9 millions d’euros. 67 % des Français le trouvent excessif, 59 % bling bling. Cependant, malgré ses petites phrases légères et ses exils fiscaux avortés 76 %  le considèrent comme un « bon chanteur ». Ouf ! Qu’il se cantonne alors à faire à ce qu’il sait faire le mieux…

 

  • Vendredi 21 juin à 20 heures au Zénith de Rouen.
  • Tarifs : de 140 à 58 €. Réservation au 02 32 91 92 92, réseau ticketnet