David Bobée a choisi Hamlet pour cette expérience de formation et création avec l’Institut français du Congo. Le metteur en scène et directeur du CDN de Normandie Rouen a réuni une troupe de comédiens et comédiennes et monté le texte de Shakespeare en seulement 12 jours.

Mouz Ferregane Mouzembo Cédric Yannick, Nestor Mabiala, Alexandra Guenin, Pierre Claver Mabiala, Mavounia Wilfried Rockael Chrishna, Laba-Ilendo Livty Mixiana, Harvin Isma Bihani Yengo, Hardy Moungondo Naniakina, Steven Lohick Madiele Ngondo, Orlande Zola Nataeli, Nicolas Moumbounou, Duvalier Lountadila, Merveilles Gall Toutou, Maël Imré Minkala Ouamba, Fred Merveil Obongo, Jules Mvouma-Lebanda, Jean-Bonheur Makaya… Ils sont Hamlet, Claudius, Gertrude, Polonius, Horatio, Ophélie, Laerte, Osric, Rosencrantz, Guildenstern, le fossoyeur, le spectre… Tous des personnages de Hamlet, la pièce de Shakespeare écrite à la fin du XVIe siècle.

Pour David Bobée, ce sont plusieurs retrouvailles. Tout d’abord celles avec un pays, le Congo, cher à son cœur. Il y a rencontré de fabuleux artistes dont le danseur et chorégraphe DeLaVallet Bidiefono. Celle aussi avec un texte, Hamlet qu’il a mis en scène en 2014 et repris avec la troupe du Théâtre Gogol à Moscou. Le metteur en scène et directeur du CDN de Normandie a créé un Hamlet Fabrik le 2 février 2019 à l’espace Yaro à Pointe Noire.

Une invitation de l’Institut français du Congo, dirigé par Fabienne Bidou en forme d’atelier théâtral. Pour David Bobée, il était impensable de s’imposer comme « l’homme blanc qui apprend à faire du théâtre. Le Congo ne manque pas d’artistes, de formateurs mais les comédiens manquent des opportunités. Ils sont généreux, inventifs. Ils ont un appétit de théâtre ». Pas d’atelier donc mais un spectacle à créer en seulement deux semaines, du 21 janvier au 2 février, date de la représentation.

Comme une fête

Le metteur en scène a choisi Hamlet, une pièce qu’il connaît bien. Shakespeare y raconte une histoire de trahison, de vengeance et d’amour. Claudius tue son frère, le roi du Danemark, prend sa place sur le trône et son épouse, Gertrude. Quand le spectre du roi apparaît à son fils Hamlet, pour lui révéler son assassin, le jeune homme, amoureux d’Ophélie, fille de Polonius, simule la folie. Claudius voudra se débarrasser de ce neveu, devenu trop gênant. 

On n’a pas oublié ce Hamlet de David Bobée dans un univers en noir et blanc, froid, baigné de musique electro. À Pointe Noire, le rituel funéraire est tout autre. « Là-bas, la veillée est une fête. On mange, on danse pendant une semaine. Il y a à la fois de la tristesse et de la joie ». Hamlet Fabrik s’est monté en 11 jours. « Nous avons travaillé un acte tous les deux jours » avant trois heures de représentation le 12e jour à l’espace Yaro, dirigé par Pierre Claver Mabiala, dans un quartier populaire de Pointe Noire. Une représentation dans un lieu dédié à l’art, entouré de murs dessinés, à la belle étoile et avec les bruits de la rue… « Il y avait juste les comédiens, le jeu et la ferveur du public qui veut croire au théâtre. C’était le Globe de Shakespeare ».

Ce fut 12 jours intenses pour tous, « un événement fort. Nous nous sommes quittés le cœur serré » mais avec la promesse de se revoir.