L’orchestre de l’Opéra de Rouen parcourt les 14 et 15 juin trois pages d’histoire de la musique romantique. Il joue Au Gré des ondes de Dutilleux, la Symphonie n°3 de Beethoven et accompagne le premier violon Jane Peters dans le Concerto n°1 de Prokofiev.

Il existe un grand nombre de chefs-d’œuvre dans le répertoire pour violon. Le Concerto n°1 pour violon et orchestre de Sergeï Prokofiev (1891-1953) en est un. Jane Peters interprète cette partition peu jouée avec l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, dirigé par Maxim Emelyanychev, vendredi 14 et samedi 15 juin au Théâtre des Arts à Rouen.

Cette pièce musicale, composée en 1917, est, selon le premier violon, « un grand poème » qui « demande beaucoup de précision. Là, la technique est au service d’une expression ». Pour l’écrire, Prokofiev, influencé également par Mythes de Szymanowski, a collaboré avec un grand violoniste Paul Kochanski qui lui enseigne diverses possibilités techniques de l’instrument et le guide dans ses recherches de sonorités. Si le compositeur russe se plie à la structure traditionnelle du concerto avec ses trois mouvements, il inverse les ambiances. Prokofiev commence sa partition avec des atmosphères très éthérées, poursuit avec des notes virevoltantes pour revenir à des climats plus lyriques lors d’un dialogue entre vents et bois. « Prokofiev a a terminé son œuvre sur la Volga, sur un bateau. On ressent fortement la mer ».

Prokofiev écrit également ce Concerto n°1 en pleine période troublée en Russie. « on entend la révolution partout dans la partition. Le compositeur est cependant déterminé à imposer de la beauté malgré la souffrance des gens et la guerre ». 

Infos pratiques

  • Vendredi 14 juin à 20 heures et samedi 15 juin à 18 heures au Théâtre des Arts à Rouen.
  • Tarifs : de 32 à 10 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr