Elle sera une des oeuvres emblématiques d’Un Eté au Havre, les festivités qui célèbrent les 500 ans de la ville. Catène de Containers, les deux grandes arches de Vincent Ganivet s’élève, quai Southampton.

« Pour la première fois, je suis spectateur ». Vincent Ganivet assiste avec émerveillement au montage de Catène de Containers. « Je suis accro à ce que je vois ». Et le spectacle n’est pas encore terminé. Seule la plus petite arche a été construite. L’artiste va superviser jusqu’au vendredi 19 mai le montage de la plus grande, haute de 30 mètres. Son oeuvre surplombe le port du Havre, s’impose de l’avenue de Paris, change la perspective. Catène de Containers est un enchevêtrement de deux arches monumentales colorées.

Un véritable de jeu de construction de Lego ? Pas tant que cela. Vincent Ganivet aime se « poser des défis ». Et Catène de Containers est un challenge complètement fou. Elever des arches, il adore ça et il reprend la technique des ponts, la courbe dite chaînette. « Je ne sais faire que cela mais c’est une forme qui me fascine. Le but est de construire la plus grande avec le moins de matériaux possible ». Au Havre, les deux arches, c’est le lien entre la terre et la mer. Mais pas seulement. « Elles représentent les échanges, la mondialisation. Quand j’ai imaginé cette oeuvre, j’ai pensé à l’arche de Saint-Louis aux Etats-Unis. C’est une porte vers le monde ».

36 containers

Pour un Eté au Havre, Vincent Ganivet crée sa plus grande oeuvre jamais réalisée. « Il n’y a pas de difficulté particulière. Pas de grosse angoisse non plus. Je suis entouré d’ingénieurs ». L’artiste assemble pour la première arche, 15 containers, pour la seconde, 21 gros cubes. Tous assemblés, boulonnés et fixés sur de solides fondations. « Même s’ils pèsent deux tonnes, les containers restent des éléments légers. Face à des rafales de vent, ce n’est pas grand-chose », explique Vincent Ganivet.

Autre première pour l’artiste : la couleur. Jusqu’à présent, l’artiste a travaillé la brique et les parpaings. Catène de Containers mêle le bleu, le vert, le rose, le jaune… « J’ai repris les couleurs réelles des armateurs. Ils sont là tels qu’ils sont sur les bateaux ».

Lors d’un Eté au Havre, Vincent Ganivet expose au Portique un modèle réduit de Catène de Containers et une arche étonnante. C’est un autre jeu de construction de briques rouges qu’il parvient à vriller. Un autre jeu de tension. C’est seulement la force d’un bloc pesant sur l’autre qui garantit un équilibre, certes virtuose mais précaire. L’effondrement fait en effet partie du travail de Vincent Ganivet.

 

  • Catène de Containers, quai Southampton, au bout de l’avenue de Paris au Havre
  • Du 27 mai au 8 octobre avec Julien Berthier et Stéphane Thidet au Portique, rue Gabriel-Péri au Havre.