Une exposition de Christophe Ronel est une belle promesse de voyage. Direction Cuba et la Corée du Sud avec le peintre rouennais qui expose jusqu’au 1er décembre à la galerie Rollin. Le voilà cette fois Arpenteur des lointains.

Après le Maghreb, l’Afrique noire, les États-Unis, l’Inde, le Mexique, la Thaïlande, le Guatemala… Cuba ! Cuba avec ses magnifiques plages, son architecture coloniale, ses grosses voitures aux couleurs pastel, sa musique, ses rhums, ses cigares… Tant d’images vite décrites pour évoquer cette île des Caraïbes. Christophe Ronel n’est jamais dans le cliché. Certainement parce qu’il a toujours fui les circuits touristiques trop bien tracés. Tous les pays qu’il traverse sont des sources d’inspiration à des peintures oniriques et à des voyages intérieurs.

Christophe Ronel se définit comme un Arpenteur de lointains pour cette nouvelle exposition à la galerie Rollin à Rouen. Il est surtout un conteur d’histoires fantastiques. Cuba est propice à l’imagination. « J’aime beaucoup cette association d’influences africaines et d’apport espagnol redigérés par ces régions. Après des voyages en Amérique du Sud il y a quelques années, j’ai eu envie de renouer avec ces formes d’architectures, le syncrétisme religieux, les pratiques vaudou et aussi ces voitures qui ressemblent a des gros jouets ».

Christophe Ronel ouvre le rideau d’un théâtre cubain coloré, extravagant, un brin nostalgique empreint de mythes et de divers courants picturaux. Les personnages se croisent, palabrent, chantent, dansent, prient, rêvent dans cet environnement luxuriant hors du temps. Comme toujours avec Christophe Ronel, il y a un regard bienveillant, un brassage des cultures qui se nourrissent les unes des autres et des élans de fraternité.

  • Jusqu’au 1er décembre, du mardi au samedi de 9 heures à 12h30 et de 14 heures à 19 heures, à la galerie Rollin, 31, rue Écuyère à Rouen. Entrée libre