Kim Verschueren avec sa compagnie Morituri te saluant crée Barbe Bleue, espoir des femmes de Dea Loher. Une pièce à l’humour noir à découvrir samedi 31 août et dimanche 1er septembre lors des Effusions des Bourlingueurs sur l’île du Roi à Léry.

« C’est le premier texte contemporain que j’ai joué et il m’a vraiment touché ». Kim Verschueren revient avec sa compagnie Morituri te saluant à Barbe Bleue, espoir des femmes de Dea Loher lors des Effusions des Bourlingueurs. « Son écriture a quelque chose de poétique et de glauque. Dea Loher a un humour froid que j’adore. Cela fait sept ans que je lis ce texte tous les deux jours. J’ai toujours eu envie de le monter ».

Dans cette pièce de théâtre, Dea Loher s’empare en toute liberté de l’histoire du conte de Charles Perrault, Barbe Bleue. Là, Henri Blaubart est un anti-héros, un homme banal, un vendeur de chaussures pour dames. « Il n’a aucune imagination. Il manque de personnalité et il va être emporté dans une valse. Il ne va plus rien contrôler jusqu’à entrer dans une transe ». Il va devenir un serial killer. Il va assassiner sept femmes parce qu’elles recherchent un amour absolu. « Il va tuer parce qu’elles réclament cette mort. Il rend service. Il va tuer aussi pour des raisons qu’il ne comprend pas. Et cela le fait sortir de lui-même. Quand il réveille après chaque meurtre, il ne se rappelle de rien et se dit qu’il n’a rien fait ». Difficile de ne pas faire un lien avec le nombre de féminicides qui ne cesse d’augmenter en France. « Nous sommes forcément connectés à cette actualité. Cette pièce de Dea Loher est féministe et la violence est hyper crue ».

Dans sa mise en scène, Kim Verschueren a crée différents espaces pour chaque femme. « L’écriture demande ce dispositif. Cela crée des ambiances différentes puisque chaque comédienne apporte une énergie différente. Il y a eu un gros travail de composition » avec des artistes issus pour la plupart du conservatoire de Rouen.

Les Effusions, 4e édition

C’est un rendez-vous estival coloré. Les Bourlingueurs se retrouvent au milieu de l’été dans un endroit paradisiaque, l’île du Roi à Léry, entre La Factorie et le Dancing de la compagnie Beau Geste. Ils sont désormais 90 résidents — 40 lors de la première édition — à redessiner l’espace et à imaginer pendant trois semaines des propositions artistiques. Musiciens et musiciennes, comédiens et comédiennes, metteurs et metteuses en scène, architectes, cinéastes, scénographes, graphistes, bricoleurs et bricoleuses, cuisiniers et cuisinières créent ensemble Les Effusions qui se déroulent samedi 31 août et dimanche 1er septembre. « Nous donnons la possibilité à tous de travailler sur un projet neuf et de la faire de manière collective. Chacun amène sa singularité artistique. C’est ce qui fait la richesse des Effusions », remarque Laurine Baguelin. 

Quand ils évoquent cet événement pluridisciplinaire, Les Bourlingueurs, en référence au roman de Blaise Cendrars ne parlent pas de festival mais d’un voyage esthétique. Les Effusions sont une traversée à effectuer avec intensité pendant deux jours avec comme étape des créations théâtrales, musicales, chorégraphiques…

Infos pratiques