C’est la symphonie de Beethoven la plus connue. Cette Neuvième avec son Ode à la joie est interprétée dimanche 2 et mardi 4 juin au Théâtre des Arts par l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, l’Orchestre régional de Normandie, des chœurs régionaux, dirigés par James Phillips.

Avec cette ultime symphonie, Ludwig van Beethoven signe une œuvre militante. Le compositeur allemand (1770-1827) a toujours porté les idéaux de la Révolution française, une vision héritée des Lumières. La Symphonie n°9, composée entre 1822 et 1824, n’est pas moins qu’un message de paix, de fraternité, humaniste qui a fait plusieurs fois le tour du monde depuis sa création le 7 mai 1824 au théâtre de Kärntnertor à Vienne.

Dimanche 2 et mardi 4 juin, au Théâtre des Arts, ce message sera délivré par l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, l’Orchestre régional de Normandie et plusieurs chœurs régionaux, dirigés par James Phillips. Une collaboration possible grâce à la plateforme Normandie lyrique et symphonique, initiée par la Région Normandie. 

Dans cette partition avec ces quatre mouvements traditionnels, Beethoven n’hésite pas à mélanger les genres, varier les motifs et les ambiances. La Symphonie n°9 peut être mystérieuse, émouvante, offre des instants endiablés et de sérénité. Le compositeur a écrit un finale avec des voix. Il s’est laissé inspiré par le texte de Friedrich von Schiller, An Die Freude, écrit en 1785, le fameux Ode à la joie, aujourd’hui hymne de l’Union européenne, défendant un idéal de fraternité et une égalité des droits. La neuvième symphonie de Beethoven reste encore et toujours un chef-d’œuvre puissant qui remplit de chaleur.

Infos pratiques

  • Dimanche 2 juin à 16 heures, mardi 4 juin à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen.
  • Tarifs : de 46 à 10 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr