Chantal Goya est infatigable. Après 50 ans d’une carrière ponctuée de triomphes et de traversées du désert, la chanteuse repart en tournée avec un spectacle qui a eu un franc succès dans les années 1980. La Planète merveilleuse est à l’affiche des Zénith de Caen et de Rouen.

 

LPM goyaRetour à l’enfance. Chantal Goya n’a pas rangé son costume de Marie-Rose. Avec ce personnage, elle a fait rêver toute une génération de gamins qui ne l’ont jamais oubliée. Elle a en effet conquis leur cœur avec des contes fantastiques, écrits par son mari Jean-Jacques Debout. Ce public qui a bien grandi revient maintenant avec ses enfants pour leur faire découvrir les histoires de Marie-Rose.

« Ce personnage est complètement en moi. Comme je suis gémeau, je suis double. Dès que j’enlève ma robe de scène, je ne suis plus Marie-Rose, je redeviens ce que je suis avec mes soucis. Cela me permet de garder un équilibre. Dans ce personnage, il y a beaucoup de moi. J’aime bien le rêve, les belles histoires, les comédies musicales et je suis spontanée ». Chantal Goya est en effet très spontanée. Elle parle beaucoup et avec le sourire. Avec elle, une histoire en amène une autre.

 

Une combattante. Si spontanée qu’elle a eu un geste malheureux lors d’une émission télévisée. La belle aventure se termine de manière brutale. Mais provisoirement puisque Chantal Goya a su quelques années plus tard renouer avec ce public. Elle n’est plus sur les scènes des théâtres mais dans les boîtes de nuit pour faire danser.

« J’ai toujours eu des problèmes et je sais avancer avec. Je suis une femme positive. Je ne m’énerve jamais et je ne suis pas quelqu’un de peureux. Si un jour, je vais moins bien, je me dis que ça ira mieux demain. Là-haut, les planètes vont se mettre plus en ordre et tout sera oublié ».

Cette force, cette combativité, Chantal Goya les doit à sa « mère » et à « une chinoise. Jusqu’à l’âge de 4 ans, j’ai été élevée par une femme qui m’a transmis des forces invisibles. Très tôt, j’ai été mise devant le danger. Je suis née au Vietnam. Un jour, des soldats sont venus tuer mon père. C’est moi qui ai ouvert la porte de la maison. J’étais petite et je ne comprenais pas. Comme mon lacet était dénoué, j’ai demandé à un des soldats de le renouer. C’est de cette manière que j’ai sauvé ma famille ».

 

Son univers. Chantal Goya retrouve la lumière, suit son étoile. « J’y crois et je me bats. Je suis une meneuse. Un jour quelqu’un m’a dit que j’étais un soldat du rêve. C’est joli ».  Elle a donc retrouvé le chemin des tournées avec les différentes créations qui ont fait son succès. « Ce sont de belles chorégraphies, des spectacles poétiques. Je ne suis pas prête à enterrer tout un passé. Tous ces personnages sont en nous. Je changerais peut-être dans dix ans ».

 

 

La Planète merveilleuse, l’histoire

Sur La Planète merveilleuse de Chantal Goya, la nuit est tombée. Il y a les étoiles, la lune sur laquelle Marie-Rose est assise. Elle arrive sur les toits de Paris où elle croise Luciole. Les jours de la petite bête sont comptés. Marie-Rose va alors réaliser ses désirs. Ensemble, ils partent pour une aventure où ils vont rencontrer en chemin les Pierrots, Guignol, Bécassine, le panda, le Chat botté, les Pieds Nickelés…

Chantal Goya reprend ce spectacle écrit par Jean-Jacques Debout il y a trente ans après la tournée de L’Etrange Histoire du château hanté. Elle a retrouvé ses fans qui sont devenus des parents et conquis deux générations. « Pour leurs enfants, je m’appelle Marie-Rose et j’habite dans le ciel. Ils ont de drôles de réactions ».

 

Les dates