Premier spectacle d’humour à L’Étincelle : Samia Orosemane est une Femme de couleurs, un spectacle sur la tolérance à voir du mardi 11 au jeudi 13 décembre à la salle Louis-Jouvet à Rouen. 

« Je n’invente pas, j’extrapole. D’ailleurs je suis incapable d’inventer quoi que ce soit ». Alors Samia Orosemane se raconte, partage des combats et des moments de sa vie, pas toujours heureux, dresse des portraits des membres de sa famille et des habitants de son quartier. Elle ose l’humour, l’impertinence. Elle balance les idées reçues dans Femme de couleurs qu’elle jour du mardi 11 au jeudi 13 décembre à L’Étincelle à Rouen.

Pour écrire ce premier spectacle, elle a dû se replonger dans ses souvenirs. « Tout était encore très présent. Cela n’a pas été facile. Il a tout d’abord fallu se soigner. Je n’étais pas capable de prendre du recul. Au fond, cela a été salutaire. J’ai tout transformé en rire ». Il y a eu un premier sketch. « Après, je ne pouvais plus écrire. Je doutais. Comme j’avais une première date de représentation, j’ai eu la pression et j’ai réussi à écrire en un jet tout le spectacle ». Cette femme pétillante qui a grandi en banlieue parisienne aime observer. « J’adore regarder les gens. Je les trouve drôles dans les situations ».

Dans Femme de couleurs, Samia Orosemane aborde divers thèmes comme le racisme, la religion, l’identité, le voile, le mariage mixte, les différences culturelles… Elle les traverse sans aucun tabou et avec une sincérité naturelle et une énergie débordante. 

« Je suis l’avant-dernière, une mauvaise place« 

C’est sur scène qu’elle qu’elle prend un plaisir infini. « Je viens d’une famille de six enfants. Je suis l’avant-dernière, une mauvaise place. La première est admirée. La dernière, c’est la préférée. À cette place d’avant-dernière, je n’avais pas l’impression d’exister vraiment. J’avais besoin d’attirer l’attention ». À 12 ans, elle fait ses premiers pas au théâtre. « Je jouais une fille qui était renversée par une voiture. J’ai pleuré et j’ai fait pleurer. À ce moment-là, je me suis dis : c’est ça que je veux faire ».

Là voilà sur les plateaux. Il est bien difficile de la croire lorsqu’elle affirme être très timide. « Dans la vie de tous les jours, je suis quelqu’un d’autre. Quand je prends le train et qu’une personne est assise à ma place, je suis incapable d’aller le lui dire. Vraiment, je ne dis rien et je prends tout sur moi. Alors cela me bouffe de l’intérieur. J’ai envie de crier mais je me tais ».

Sur scène, Samia Orosemane qui a posté un message décapant à la suite de l’attentat à Charlie Hebdo, ouvre son univers coloré et généreux.

Infos pratiques

  • Mardi 11 décembre à 20 heures, mercredi 12 décembre à 15 heures, jeudi 13 décembre à 20 heures à la salle Louis-Jouvet à Rouen.
  • Tarif : 10 €.
  • Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr