C’est le retour de Marcel et ses drôles de femmes. Cette fois, la troupe normande propose un spectacle et un univers complètements différents des précédents. Sur The Good Place, le public, muni de jetons, s’écrit son show. À découvrir les 8 et 9 mars au Cirque-théâtre à Elbeuf, puis le 12 mars à Alençon et le 23 mars à La Brèche à Cherbourg pendant le festival Spring.

Il y a le décor et l’envers du décor. En ces deux espaces, l’ambiance n’est du tout la même. A l’extérieur, le public est face à une sorte de champignon géant. Tout y est rassurant : les couleurs pastel, les fleurs exotiques, les atmosphères joyeuses. C’est The Good Place. Marcel et ses drôles de femmes accueillent avec Diamonds de Rihanna. So We’re beautiful like diamonds in the sky… 

Tout va bien dans le meilleur des monde. D’autant que les acrobates se relaient pour créer une belle effervescence. Les spectateurs ne doivent pas s’ennuyer une seule seconde. Alors, on chante, on saute sur un trampoline, on raconte des histoires, on fait du Hula hoop et du patin à roulettes.

Changement de couleurs à l’intérieur de ce mini-chapiteau. Marcel et ses drôles de femmes y ont reconstitué un peep show avec 14 cabines. Le principe : pour découvrir à deux le spectacle qui se joue au centre, il suffit de glisser un jeton dans le monnayeur — la vitre de la cabine devient transparente — et mettre le casque sur les oreilles. Là, le propos est plus sombre. La troupe aborde l’obscénité et l’absurdité du monde avec un ton qui la caractérise, l’ironie et la dérision.

Créer de la frustration

« Nous jouons des personnages qui ont a priori de belles intentions, malheureusement peu pertinentes », remarque Angèle Guilbaud, une des drôles de femmes. Une série de numéros de poche s’enchainent dans un espace très intime. Dans cette cabine, le temps est compté. Au bout de 30 seconde, la vitre redevient opaque. Quoi faire ? Sortir pour reprendre une bonne dose d’énergie positive ou ajouter un deuxième jeton et rester ?

Dans The Good Place, Marcel et ses drôles de femmes jouent avec la frustration du public. « Aujourd’hui, nous pouvons avoir accès à tout et n’importe quoi. Dans le spectacle, il faut faire des choix. Tout est fait pour donner envie d’entrer dans la structure et d’en sortir. Avec le casque sur les oreilles, on perçoit les vibrations de l’extérieur. Il faut aussi accepter l’inconnu parce que l’on ne décide pas de ce que l’on voit ».

Angèle Guilbaud

The Good Place est un spectacle unique et aussi une expérience. Chacun doit se faire son parcours, est invité à entrer dans la structure plusieurs fois. En revanche, il sera impossible de tout voir, même d’assister à un numéro en entier. 

Infos pratiques

  • Vendredi 8 et samedi 9 mars à 20h30 au cirque-théâtre à Elbeuf. Réservation au 02 32 13 10 50 ou sur www.cirquetheatre-elbeuf.com
  • Mardi 12 mars à 18 heures au théâtre, scène nationale 61 à Alençon. Réservation au 02 33 29 16 96.
  • Samedi 23 mars à 19 heures à la Brèche à Cherbourg. Réservation au 02 33 88 43 73.
  • Tarif : variable selon la curiosité du spectateur qui doit se munir de pièces de 1 € et de 50 centimes.