Depuis 1989, le festival Art et Déchirure propose tous les deux ans diverses formes d’expression artistique issues du monde de la santé mentale. La 14e édition se tient dans l’agglomération rouennaise du 26 mars au 6 avril.

 

photo Claude Boisnard

photo Claude Boisnard

C’est une très belle histoire. Une histoire qui fait de Art et Déchirure un des festivals de Haute-Normandie les plus intéressants et les plus magiques. Comme pour toutes ces aventures, il a fallu une rencontre de personnes généreuses. Celle de Joël Delaunay et José Sagit, infirmiers en psychiatrie, qui souhaitaient témoigner d’une production artistique dans les hôpitaux psychiatriques. « Beaucoup de choses se créaient dans les hôpitaux, notamment dans les arts plastiques ».

Pas question pour eux de présenter cet élan de création dans les murs de l’hôpital. « Notre intuition nous a conduits à nous positionner autrement. L’art ne peut être thérapeutique. La thérapie, c’est une ordonnance. Il n’y a pas d’art sur prescription médicale et sans liberté. L’art est imprégné de ce que nous sommes et nous aide à vivre mieux nos déchirures. Il relie », explique José Sagit. L’objectif : sortir des logiques de l’enfermement et casser plusieurs verrous stigmatisants de la maladie.

Le festival s’est construit édition après édition pour devenir un rendez-vous bisannuel, ambitieux et exigeant avec différentes formes artistiques, avec des propos singuliers, avec des talents qui évoquent des déchirures plus ou moins profondes et parlent avant tout d’humanité.

 

Le programme

  • Mercredi 26 mars à 20 heures à la Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan : Hollywood de la compagnie Absolument ! Productions
  • Jeudi 27 et vendredi 28 mars à 20 heures au Rexy à Mont-Saint-Aignan : Sic(k) par le Théâtre à cru
  • Vendredi 28 mars à 19h30 à la Chapelle Saint-Louis à Rouen : Photographies de A des Blouses bleues
  • Samedi 29 mars à 20h30 à 20h30 au théâtre des 2 Rives à Rouen : Variations sur le modèle de Kraeplin d’Anteprima
  • Lundi 31 mars et mardi 1er avril à 19h30 à la Chapelle Saint-Louis à Rouen : Journal d’un fou du Boldog Kaktus Théâtre
  • Mercredi 2 avril à 14h30 à la salle Louis-Jouvet à Rouen : T’es ouf ou quoi ! de la Troupe de l’Escouade
  • Jeudi 3 avril à 20h30 à l’Espace culturel François-Mitterrand à Canteleu : I need more d’Akté
  • Vendredi 4 avril à 19h30 à la Chapelle Saint-Louis à Rouen : Abilifaïe Léponaix du Fouic Théâtre.
  • Vendredi 4 avril à 20 heures au Cinéma Ariel à Mont-Saint-Aignan : Henri de Yolande Moreau
  • Du 27 mars au 6 avril, tous les jours de 10 heures à 19 heures à la Halle aux Toiles à Rouen (tarifs : 3 $, 1,50 €), de 14 heures à 18 heures à la chapelle Saint-Julien à Petit-Quevilly (entrée libre), du lundi au samedi de 10 heures à 18 heures à l’Hôtel de Région (entrée libre), dans le hall d’exposition de l’Hôtel du Département de la Seine-Maritime à Rouen (entrée libre) : expositions
  • consultez le programme ici

 

Les infos pratiques