C’est un clin d’œil à Marcel Duchamp. Une évidence dans la galerie du même nom à Yvetot et en cette année 2018 qui marque les 50 ans de la mort de l’artiste né en Normandie. Les Machines célibataires sont à découvrir jusqu’au 10 novembre.

photo : Marc Dommage pour la galerie Duchamp

Avec Les Machines célibataires, la galerie Duchamp à Yvetot rend hommage à celui dont elle porte le nom.  Ce titre est une référence au Grand Verre de Marcel Duchamp, une œuvre importante dans l’histoire de l’art puisque l’artiste délaisse la peinture pour des matériaux nouveaux. Pour cette nouvelle exposition, Julie Faitot a réuni des artistes issus d’horizons différents qui ont néanmoins pour point commun d’interroger les machines d’aujourd’hui et les détourner.

La directrice de la galerie Duchamp a confié la grande salle du rez-de-chaussée à Delphine Reist. Celle-ci y présente deux magnifiques œuvres. On est pas loin de la danse avec Réunion, un ensemble de chaises de bureau dont les roulettes ont marqué le sol de larges traces noires circulaires. Ce geste de folie marque aussi le travail sans fin et les réunions imposées par la hiérarchie dans une entreprise. Il y a beaucoup de douceur, de poésie et de fantaisie dans ses Soleils, une pièce murale du nom de ces petits feux d’artifice laissant aussi des traces de poudre et de brûlure. Ce qui crée un dessin d’une étonnante régularité.

Des objets, Simon Boudvin en a assemblés avec un octogénaire de Montreuil pour construire ces trois moteurs Stirling. Ceux-ci se mettent en mouvement grâce à la chaleur d’une bougie. C’est simple, délicat et hypnotique. Quant à Elia David, il grave des vinyles avec des objets sonores issus des phonomatons où il était possible d’enregistrer ses propres disques. Jeudi 8 novembre, il va emmurer dans la galerie Duchamp une de ses créations.

Marcel Duchamp est bien évidemment présent dans Les Machines célibataires. Pascal Pillu, collectionneur indépendant de La Sirène, a prêté une des machines de l’artiste. Julie Faitot y a ajoute le timbre des Neuf Moules Malic, sorti pour les 30 ans de la mort de Duchamp, et oblitéré le premier jour d’émission le 17 octobre 1998.

 

Infos pratiques

  • Jusqu’au 10 novembre, tous les jours de 14 heures à 18 heures à la galerie Duchamp à Yvetot. Entrée libre et gratuite
  • Jeudi 8 novembre à 18 heures : baptême de la galerie avec deux performances du collectif Dites-Le qui emmurera un de son disque et de Jean-Paul Berrenger qui réactivera Le Poteau.