Les relations entre La Réunion des musées métropolitains de Rouen et le Louvre à Paris ne cessent de s’intensifier. Ils ont signé mercredi 12 avril une convention de partenariat les liant pour trois années.

Des conventions, les musées en signent un grand nombre chaque saison. Notamment lorsqu’il s’agit de prêt d’œuvres pour enrichir une exposition. La Réunion des musées métropolitains (RMM) de Rouen qui réunit 8 structures culturelles et le Louvre à Paris sont allés plus loin dans leur collaboration avec la signature d’une convention de partenariat d’une durée de trois ans renouvelable. « C’est la première métropole de France à signer un tel document avec le Louvre« , se réjouit Sylvain Amic, directeur de la RMM. « L’élément déclencheur a été La Réunion des musées. L’ensemble des champs couvert par le Louvre a désormais un équivalent dans nos musées. Nous avons des œuvres dans nos collections qui font écho aux leurs« .

Autre nouveauté : les institutions jouent moins en solo. « Ces trente dernières années, les grands musées nationaux sont devenus des établissements publics autonomes. Ils ont tout d’abord voulu asseoir leur position et se développer. L’action territoriale n’était alors plus leur priorité. Il y a eu aussi des changements de direction ». Donc de nouvelles perspectives de collaboration. « Au Louvre, Jean-Luc Martinez a axé son projet vers les territoires. C’était à nous de saisir de la perche ». Sylvain Amic qui ne rejoindra pas le musée d’Orsay l’a saisie volontiers. Les relations entre les structures rouennaises et parisiennes sont au beau fixe depuis plusieurs saisons. Au printemps 2014, le président-directeur du Louvre était venu le musée des Beaux-Arts de Rouen et s’inspirer du Temps des collections.

Avec une telle convention, la RMM et le musée du Louvre vont intensifier leur collaboration, notamment en matière de recherche et d’expertise. « Les équipes vont se voir, discuter, imaginer des programmes ensemble ». Elles vont également réfléchir à la valorisation de leur collection respective, échanger des expériences. « Quand nous allons lancer le chantier du musée des Antiquités et du muséum d’histoire naturelle rue Beauvoisine, nous allons être très intéressés par leur réflexion menée sur l’accueil du public, du visiteur en possession d’une valise ». Autre exemple : un échange de compétences avant un Temps des collections consacré aux textiles coptes en 2018, une exposition sur Michel-Ange en 2019 ou une action en direction du jeune public dans La Petite Galerie.

Une convention en appelle une autre. La RMM en prépare une deuxième avec le centre Pompidou à Paris. « L’an prochain, il y aura un prêt important à l’occasion des 50 ans de la mort de Marcel Duchamp ».