C’est une figure incontournable de l’art. Pourtant il a toujours voulu échapper à tous ses codes. Marcel Duchamp, né en 1887 à Blainville-Crevon, mort en 1968 à Neuilly-sur-Seine et enterré à Rouen, reste un artiste toujours aussi méconnu. L’Université de Rouen lui dédie toute cette année 2018 et le musée des Beaux-Arts, une exposition estivale pour comprendre une œuvre riche et inventive.

« C’est avec Marcel Duchamp que l’on passe dans l’art contemporain ». Sylvain Amic, directeur de la RMM (Réunion des musées métropolitain) veut souligner « son importance dans l’histoire de l’art et des idées mais elle est toujours ignorée. Marcel Duchamp est un repère qui n’est malheureusement pas dans la conscience collective. La figure reste un grand méconnu ». Un oubli ou un vide qui sera comblé avec deux rendez-vous culturels dédiés à l’artiste : Duchamp dans sa ville !, imaginé par l’Université de Rouen, et ABCDuchamp, l’expo pour comprendre Marcel Duchamp au musée des Beaux-Arts à Rouen.

Un oubli qui se complète par quelques raccourcis sur cet artiste inclassable. « Autour de Duchamp, il y a tout un tas de poncifs, de faux arguments, de présupposés », regrette Sylvain Amic. Un des plus répandus : il a tué la peinture. « C’est faux. Beaucoup de ses tableaux montrent une maîtrise picturale. Techniquement, sa peinture est très complexe. Duchamp n’a jamais cessé de peindre. Seulement il s’est octroyé d’autres moyens. On peut considérer  par exemple Le Grand Verre comme un acte de peintre ».

Tout au long de sa vie, consacrée à l’art, Marcel Duchamp, inventeur du ready-made, a voulu échapper à tous les codes et bousculer les valeurs esthétiques. Jusqu’à déstabiliser, se faire quelques ennemis, même se voir fermer des portes de salons. « Duchamp s’est lancé dans une démarche globale. Il n’est pas dans une forme déterminée mais polymorphe, Il construit son système, son mode d’expression. Sa créativité est toujours en éveil dans tous les secteurs de la vie. Il travaille et retravaille son œuvre personnelle sur différents supports. Il ne veut pas être prisonnier d’un médium. Il faut revenir à ce que disait Duchamp : c’est le regardeur qui fait l’œuvre. Donc c’est polysémique ».

Une famille d’artistes

Autour de lui, Marcel Duchamp, un faux dilettante, a cultivé un certain mystère. Il né en 1887 à Blainville-Crevon, à 20 kilomètres de Rouen et a grandi dans une famille de 6 enfants. Quatre, dont lui, deviendront des artistes : Jacques Villon (1875-1963), Raymond Duchamp-Villon (1876-1918) et Suzanne Duchamp (1889-1963). Élève du lycée Corneille, il baigne dans l’art, dans un univers d’ironie, de jeu, d’humour. « Il a un goût pour les jeux de mots et la contrepèterie » . Il est aussi « un homme complexe parce que l’époque, celle des avant-garde, est complexe. On manie beaucoup de concepts qui vont devenir fondamentaux. Comme la question de l’abstraction. Duchamp n’est pas du tout dans cette réflexion. Ce qui lui importe, c’est la mise en forme d’une idée. Nous sommes aussi dans une période de découvertes, notamment des théories mathématiques modernes, des sciences. On explore l’inconnu. Il y a une rupture totale avec la connaissance. L’œuvre des artistes est le reflet de la complexité de cette époque. Duchamp est à l’écoute, reste en alerte et cherche à décoder le monde » Ce proche de Francis Picabia, d’André Breton, de Dali, de Jules Massenet n’était pas un solitaire. Au contraire, il a eu de nombreux compagnons de route. Il avait « une personnalité magnétique. Il aimantait les artistes. Ce qui a donné des créations collaboratives »

Et Rouen dans tout cela ? Il n’a jamais oublié la ville où il est enterré dans le caveau familial. Même s’il est allé travailler dans différents pays, surtout aux États-Unis, il est resté attaché à la Normandie. Il a été présent sur ce territoire. Des traces de Duchamp vont visibles dans toute la ville.

  • Duchamp dans sa ville !, jusqu’en décembre 2018 à Rouen. Programme complet sur http://www.duchamp-dans-sa-ville.com
  • Colloque international jeudi 14 et vendredi 15 juin au musée des Beaux-Arts à Rouen.
  • ABCDuchamp, l’expo pour comprendre Marcel Duchamp, du 15 juin au 24 septembre au musée des Beaux-Arts à Rouen. Tarifs : 6 €, 3 €. Renseignements au 02 35 71 28 40.