Après la création à L’Éclat à Pont-Audemer, un passage par le Rive gauche à Saint-Étienne-du-Rouvray, le Caliban Théâtre poursuit sa tournée avec cet époustouflant ML King 306. La pièce de Mathieu Létuvé se joue jeudi 4 avril à l’espace culturel François-Mitterrand à Canteleu, puis du 21 au 23 mai à L’Étincelle à Rouen. À ne pas manquer !

D’un côté, il y a Martin Luther King Junior, prix Nobel de la paix en 1964. Le pasteur, né en 1929 à Atlanta, a consacré sa vie à la lutte pour les Droits civiques des Noirs aux États-Unis, mené des combats contre la ségrégation raciale, la pauvreté. De l’autre se trouve James Earl Ray, un homme né en 1928 à Memphis, tourmenté par de multiples blessures qui ne pourront jamais se cicatriser. Il multiplie les escroqueries et fait plusieurs séjours en prison. 

ML King 306 est un portrait en miroir de ces deux personnages qui se feront face le 4 avril 1968 vers 18 heures devant la chambre 306 du Lorraine Motel à Memphis dans le Tennessee.  Martin Luther King Junior est tué d’une balle dans la mâchoire. James Earl Ray sera reconnu coupable de cet assassinat un an plus tard. Deux portraits non pas pour raconter un meurtre — on connaît cette histoire tragique — mais pour tenter de comprendre ce qui a amené le premier vers la lutte et le second à devenir un criminel.

Comme un polar

Le récit est haletant. Mathieu Létuvé a écrit un texte très documenté et bien ficelé. ML King 306 est une pièce de théâtre en forme de polar qui vient cueillir le spectateur sans le lâcher. Comme dans un épisode de la série Columbo, il révèle les indices au fil de l’histoire. Sur scène, Mathieu Létuvé et Clémentine Justine ne jouent pas Martin Luther King Junior et James Earl Ray. Ils racontent ces destins. L’un comme un coureur de demi-fond qui va toujours chercher des forces au plus profond de lui pour franchir le premier la ligne d’arrivée. L’autre avec une même urgence teintée de délicatesse. 

ML King 306 se déroule dans un décor urbain sombre où la vidéo dessine de manière subtile les contours de cette histoire. C’est le visage des États-Unis des années 1960 que l’on voit apparaître avec sa misère sociale et ses préjugés racistes.

Infos pratiques

  • Jeudi 4 avril à 20h30 à l’espace culturel François-Mitterrand à Canteleu. Tarifs : 9,10 €, 6 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 36 95 80.
  • Mardi 21, mercredi 22 et jeudi 23 mai à 20 heures à la chapelle Saint-Louis à Rouen. Tarifs : de 16 à 3 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 98 45 05 ou sur www.letincelle-rouen.fr
  • Spectacle tout public à partir de 10 ans
  • Lire également Le Caliban Théâtre refait l’enquête