La pince à linge est prétexte à des délires musicaux. Dans ce spectacle imaginé et joué par Daniel Isoir et Emmanuel Pleintel, Beethoven côtoie Hallyday… C’est mardi 27 mai à Juliobona à Lillebonne pour la clôture du Festival de l’humour.

 

La Pince 6Ces deux-là n’en sont pas à leur coup d’essai. Daniel Isoir et Emmanuel Pleintel sont à nouveau réunis pour une histoire de Pince à linge. « C’est un ustensile très pratique, créé en 1887 par Jérémie-Victor Opdebec, qui a un système très complexe », rappelle Emmanuel Pleintel. Il n’est pas sûr que l’on comprenne davantage toute la technique à la fin de ce spectacle.

 

Peu importe, La Pince à linge, chanson écrite par Pierre Dac et Francis Blanche sur la Symphonie n°5 de Beethoven, est la source d’inspiration de cette petite forme musicale qui permet de traverser un large répertoire. Daniel Isoir et Emmanuel Pleintel qui ont un humour potache osent là d’improbables associations.

 

La Pince à linge de Daniel Isoir et Emmanuel Pleintel n’a pas de logique. C’est l’absurde le fil conducteur de ce spectacle dont le premier acte démontre des liens entre Johnny Hallyday et Ludwig van Beethoven, Fernand Reynaud et Maurice Ravel… Suit un opéra de salle des bains où est parfois étendu le linge. Emmanuel Pleintel se retrouve dans une baignoire. Là, Mozart, Marat, Boris Vian, Charlotte Corday et Offenbach ne sont pas très loin. A la fin, Madame Prokoviev a oublié une pince à linge dans la chaussette de son mari. Mais avant, une truite a vu un violoniste espagnol dans le Grand Canal… « Tout cela est une joyeuse plaisanterie. Nous sommes comme deux enfants dans leur salle de jeux qui s’amusent avec les mots et la musique ».

 

 

  • Mardi 27 mai à 20h30 à Juliobona à Lillebonne. Tarifs : 25 €, 20 €. Réservation au 02 35 38 51 88 ou sur www.juliobona.fr
  • Première partie : Les 39 Marches de John Buchan et Alfred Hitchcock