Le collectif Nos Années sauvages est installé à l’abbatiale Saint-Ouen à Rouen. 19 artistes y évoquent la nature et les problèmes environnementaux à travers des sculptures, photographies, peintures, dessins… Mythologies est à voir jusqu’au 15 décembre.

Le collectif grandit…Et il grandit bien avec autant d’ambition, d’audace et de générosité. Le sixième épisode de Nos Années sauvages, porté par Sylvain Wavrant et Thomas Cartron, se déroule jusqu’au 15 décembre à l’abbatiale Saint-Ouen à Rouen. Un lieu majestueux pour une exposition collective où se croisent 19 artistes de Rouen, Rennes, Paris, Dijon, Bruxelles, New York, tous animés par des thématiques animales et écologiques. A travers ces sujets, ils questionnent les mythes, ceux qui ont fondé les civilisations comme ceux qui se construisent aujourd’hui.

À découvrir jusqu’au 15 décembre, Mythologies s’appuie sur le mythe scandinave d’Yggdrasil, un arbre gigantesque toujours vert avec trois énormes racines. L’abbatiale Saint-Ouen devient cet arbre de la vie et abrite trois mondes. « Le monde souterrain pose les questions environnementales. Le monde terrestre aborde le rapport à l’autre, qu’il soit animal, humain. Enfin, le monde céleste est celui de la poésie, des possibles », explique Sylvain Wavrant.

Vers la lumière

Mythologies offre ainsi une déambulation dans ces trois sphères et commence par une plongée dans une réalité dramatique. Sylvain Wavrant réalise une sculpture, d’un rouge sang, en forme de totem fait de fourrures de renards et de corps d’animaux en mousse utilisés pour la taxidermie. The Real Cost of fur interroge sur le comportement destructeur de l’humain sur la faune. Laurent Martin présente un Gisant, un squelette en plastique pour rappeler la fragilité des êtres. Julien Vermeulen évoque la faiblesse de l’humain avec ce Guerrier oiseau, juste une armure de plumes pour faire illusion. 

Après une relecture du mythe d’Yggdrasil et L’Invité d’un dernier repas par Thierry Dupeux, le regard s’élève vers les étoiles. Misha Golebska invite aux rêves. Kahn & Selesnick reviennent sur l’origine du monde avec L’Homme vert flottant et La Femme verte flottante, tous deux a priori heureux au milieu d’une nature luxuriante. Thomas Cartron poursuit sa réflexion sur sa pratique photographique avec ces ciels étoilés apaisants.

Mythologies de Nos Années sauvages interroge nos actes quotidiens, nos vilaines habitudes, notre négligence facile. C’est à la fois la radicalité et la poésie se dégageant de toutes ces œuvres qui y invitent et qui l’imposent. L’exposition, une réussite du collectif rouennais, est un beau geste artistique qui laisse entrevoir une certaine lumière.

 

Infos pratiques

  • Jusqu’au 15 décembre, les mardi, mercredi, jeudi, samedi et dimanche, de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures à l’abbatiale Saint-Ouen à Rouen.
  • Entrée libre
  • Renseignements sur www.nos-annees-sauvages.com/festival
  • Visite commentée du samedi 15 décembre à 18 heures