C’est l’histoire d’un amour absolu vécu sur le titre de Nina Simone Mister Bojangles. Victoire Berger-Perrin adapte pour la scène le roman d’Olivier Bourdeaut, En Attendant Bojangles. À voir vendredi 23 novembre au théâtre de l’hôtel de ville au Havre et samedi 24 novembre au centre Voltaire à Déville-lès-Rouen.

Ces deux-là passent leur temps à danser. Danser pour croquer la vie avec une folle gourmandise. Danser encore pour que chaque jour soit une fête joyeuse et colorée. Le bonheur doit être là. Peu importe s’il faut rester pour cela en marque du monde. Le couple vit au rythme de Mister Bojangles, un titre de Nina Simone, enjoué et aussi mélancolique. Parce qu’il y a tout de même quelques ombres à ce tableau merveilleux.

Victoire Berger-Perrin s’est emparée du premier roman d’Olivier Bourdeaut, En Attendant Bojangles. « c’est une histoire magnifique. Celle d’un amour inconditionnel. Un couple se sert de cet amour pour aller contre les difficultés de la vie, oublier les tourments ». C’est la femme qui mène le bal. Elle est extravagante, imprévisible, le rayon de soleil de la famille. « Elle a aussi un côté sombre. Ses voeux démons viennent régulièrement entrer en conflit avec elle ». Cette lutte perpétuelle contre cette grande souffrance la conduit vers cette fantaisie. Elle n’a pas d’autre choix que d’emmener sa famille dans son tourbillon. Son mari, lui, se montre plus lucide, plus solide mais se réjouit du grain de folie de son épouse. 

Jusqu’au drame

Le couple a un fils, un peu naïf et émerveillé par cette vie remplie d’excès. Lui se place en tant que spectateur. « Il est le narrateur de l’histoire. Cela m’a permis de garder le style de l’auteur. Olivier Bourdeaut a une écriture délicate, précise, riche, poétique. Il y a mis aussi beaucoup d’humour. À certains moments, l’action se joue en direct. À d’autres, l’histoire est racontée par ce fils qui va devoir porter un regard sur son passé. Ce qui l’obligera à mûrir et prendre conscience de la réalité des choses. À la fin, on comprend que cela va l’aider à ouvrir une nouvelle page ». 

Cette famille si attachante sortira de cette douce folie. Un drame mettra un terme à cette fête quotidienne. Jusqu’à cet instant, le trio chantera en chœur un hymne à la vie.

 

 

Infos pratiques

  • Vendredi 23 novembre à 20 heures au théâtre de l’Hôtel de ville au Havre. Tarifs : de 35 à 15 €. Réservation au 02 35 19 45 74 ou sur https://thv.lehavre.fr
  • Samedi 24 novembre à 20 heures au centre culturel Voltaire à Déville-lès-Rouen. Tarifs : de 20 à 10 €.  Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 68 48 91 ou sur www.dullin-voltaire.com