Dans le cadre de sa thématique Teen movies, le réseau R’n’Bi des bibliothèques de Rouen accueille le 3 octobre Philippe Besson, auteur de Vivre vite, une biographie de James Dean.

 

photo Maxime Antonin

photo Maxime Antonin

« On n’échappe pas à son destin. Le sien était d’être une étoile et de passer comme une comète ». C’est ce que Philippe Besson fait dire à Mildred Dean, mère de James Dean, authentique star du cinéma. Il met ses mots dans la bouche de Mildred mais il est certain qu’elle le les prononçât jamais. Et pour cause, Mildred est décédée quand James avait 9 ans. Plutôt que de se lancer dans une biographie par trop didactique, l’auteur choisit de faire parler… les morts.

 

Le seul « vivant », c’est James qui parle au présent. Le présent, il n’y a que ça qui compte, ne pas perdre de temps… Vivre vite. « Je sais que ça lui a joué des tours, que tout ça a mal fini, que c’est la vitesse qui nous l’a tué mais que voulez-vous, on n’aurait pas pu l’en empêcher, c’était son truc la vitesse, ça devait se terminer comme ça » fait dire l’auteur à son vendeur de motos… Ils sont tous là, tous ceux qui ont approché James depuis sa tendre enfance déchirée par le décès de sa mère jusqu’à sa rencontre frontale avec la Ford Tudor de Donald Turnupseed qui lui coûtera la vie le 30 septembre 1955.

 

Et le traumatisme pour des millions de fans

Drôle de nom, Turnupseed ; un mélange de turn, d’upside et de speed qui sent la gasoline et la frénésie. L’infortuné conducteur par qui le malheur arrive ne reparlera jamais de l’accident mais fera presqu’un centenaire ; comme si ce jour-là, il avait pris le crédit-vie de James…

 

Besson fait parler la famille et nous dévoile un jeune homme introverti et triste. Ce n’est que quand il sait qu’il veut devenir comédien que sa vie va changer. Il a ce charme irrésistible qui affole femmes. Et hommes. Il est l’un des plus jeunes élèves de l’actor’s studio. James fascine et trois films suffiront à en faire une icône éternelle. Entretemps, Philippe Besson aura permis au lecteur d’approcher la personnalité du jeune homme en pleine ascension, avec ses parts de mystère. Cela ne suffira pas à déboulonner la statue…

 

H.D.

 

  • Rencontre avec Philippe Besson, samedi 3 octobre à 15 heures à bibliothèque Simone-de-Beauvoir à Rouen. Entrée libre.