Dans Les Géométries du dialogue, Justine Macadoux et Coralie Maniez de la compagnie Juscomama racontent l’histoire de Nikki, une enfant qui va grandir entre ses parents et sa grand-mère. Du théâtre d’objets à voir mardi 29 janvier au Passage à Fécamp.

Pas de mots. Pas de visage non plus. Pour raconter ce récit d’initiation, Justine Macadoux et Coralie Maniez ont choisi des boîtes noires. Les deux autrices et comédiennes de la compagnie Juscomama évoluent sur scène avec ces « masques » sur la tête. « Les boîtes nous permettent de changer de personnages et d’espaces rapidement, de transmettre des états d’âme. Elles sont comme des caméras de cinéma. Cela a un intérêt narratif et performatif. Dans ce spectacle, la forme nourrit le fond et inversement ».

Justine Macadoux et Coralie Maniez jouent des scènes du quotidien, tous les personnages des Géométries du dialogue, une création à découvrir mardi 29 janvier au Passage à Fécamp. Nikki est une petite fille qui grandit au sein de sa famille, entre ses parents qui dansent et sa grand-mère qui regarde la télévision. On la suit pendant son enfance, son adolescence jusqu’à l’âge adulte. À chaque étape, joyeuse ou douloureuse, tout change : les émotions, les préoccupations, les relations avec sa famille… Comme les dessins sur les boîtes noires.

Dans Les Géométries du dialogue, tout est réalisé à vue. Justine Macadoux et Coralie Maniez font tourner les faces des boîtes, effacent et redessinent. Au fil du spectacle, le visage de Nikki apparaît. Quant au discours, il reste une musique, une matière qui se transforme comme les boîtes. Une véritable performance pour les deux comédiennes qui tiennent à elles deux le récit d’un roman graphique.

Infos pratiques

  • Mardi 29 janvier à 20h30 au Passage à Fécamp. 
  • Spectacle tout public à partir de 7 ans
  • Tarif : 5 €.
  • Réservation au 02 35 29 22 81 ou sur www.theatrelepassage.fr