Zvizdal est l’histoire d’un vieux couple vivant dans la zone contaminée après l’explosion de la centrale de Tchernobyl. Le Groupe Berlin et la dramaturge Cathy Blisson l’ont filmé pendant cinq ans et livrent son témoignage dans un théâtre documentaire du 15 ai 17 mai au Volcan au Havre.

Après l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, Pétro et Nadia n’ont pas voulu quitter leur ferme. Le couple octogénaire est trop attaché à sa terre, pourtant aujourd’hui irradiée. Pour lui, Zvizdal est le meilleur endroit au monde. Il les a vus naître, grandir, vieillir… Ailleurs serait synonyme de fin. Depuis la catastrophe, survenue en avril 1986, Pétro et Nadia vivent seuls dans cet endroit fantôme, avec juste leur vache, leur cheval, quelques poules, leur chien et leur terre qui les nourrit. Ils sont à l’écart du monde — le premier village est à 13 kilomètres, checkpoint qui délimite la zone interdite. 

Cathy Blisson a rencontré le couple par hasard en 2009. « Je m’intéressais à la manière dont on pouvait vivre dans un lieu porteur de toutes les contradictions, où la vie est impropre à l’homme ».  Elle est retournée le voir plusieurs fois avec la même traductrice, Olga Mitronina. « Au début, il ne savait pas trop si j’étais là pour faire le bien ou le mal. Avec le temps s’est construite une relation de confiance ». 

Du théâtre documentaire

Une année, la dramaturge est accompagnée du Groupe Berlin, collectif belge qui a filmé pendant cinq ans, de 2011 à 2015, Pétro et Nadia. « Nous souhaitions faire un portrait de ces deux derniers habitants qui vivent en quasi autosuffisance. Nous nous sommes coulés dans leur rythme. Ils marchent lentement. Ils mènent une vie paysanne sans trop savoir ce qui se passe en dehors de leur village. Ils ont juste une petite radio qui fonctionne avec des piles. Leur existence met par ailleurs en lumière un grand nombre d’enjeux propres à toutes les existences : le rapport à la solitude, à l’amour, à la vieillesse, à la mort, aux croyances, aux autres ».

Cathy Blisson

Ce film documentaire est le point de départ de Zvizdal (Tchernobyl so far – so close). Il est projeté sur un écran géant et visible de part et d’autre par les spectateurs placés dans un dispositif théâtral singulier. C’est le quotidien d’un couple Sur le plateau, se trouvent également la maquette de la ferme pendant trois saisons différentes, pendant l’été, l’automne et l’hiver. Une façon de pénétrer davantage dans l’intimité de Pétro et Nadia qui s’aiment, se taquinent et ne manquent pas d’humour.

Infos pratiques

  • Mercredi 15 et jeudi 16 mai à 19h30, vendredi 17 mai à 20h30 au Volcan au Havre.
  • Spectacle tout public à partir de 14 ans.
  • Représentation en langue des signes le jeudi 16 mai
  • Tarifs : de 18 à 5 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 35 19 10 20 ou sur www.levolcan.com