Simon Juif retrouve le Kalif à Rouen dimanche 3 mars pour ce premier Be Geek or be dead, un après-midi dédié à tous les amateurs de matériel musical et passionnés d’électronique. Il y présentera d’étonnants appareils qu’il a lui-même conçus.

Le bracelet de Jain, c’est lui. Simon Juif a imaginé pour l’interprète de Alright un appareil qu’elle porte au poignet et qui lui permet de lancer ses séquences musicales pendant les concerts. Avec lui, il n’y a jamais de problèmes techniques, seulement des solutions ! Simon Juif est un geek professionnel. Depuis l’âge de 5 ans, il monte, démonte, remonte, répare, restaure et surtout fabrique des instruments électroniques en tout genre. 

Tout a commencé avec des Lego techniques. La suite : Simon Juif a commencé en Allemagne son apprentissage en électronique industrielle. « J’ai toujours adoré ça ». En 2009, il arrive en France. « J’ai réparé des amplis et des synthés cassés. Je bidouillais des trucs qui n’existaient pas pour mes copains musiciens. Ce qui était amusant était le recherche du son absolu. Imaginez des musiciens avec la même guitare. Ils vont sortir le même son. A cela s’ajoutent les modes qui arrivent et disparaissent. Pour se distinguer, les musiciens ont besoin de matériel, de créer de nouvelles sonorités. Que ce soit pour des claviers, des orgues, des basses, des synthés, des guitares… Je travaille sur des fonctionnalités précises ».

Il a appris tout par lui-même. Simon Juif le sait et le dit en toute modestie : « je suis un putain de technicien. Je peux me frotter à tout, à divers matériels, à l’électronique, la physique… Je ne m’arrête pas d’apprendre. Je passe beaucoup de temps à lire, à faire des recherches ».

Simon Juif

Simon Juif est resté pendant dix ans à Rouen. Il y apprend le français, ouvre son atelier au Kalif, LeSuédois. Il continue la restauration et la conception d’instruments de musique électronique, pour des artistes plus ou moins connus, Les Agamemnonz, Il Est Vilaine, L’Impératrice, Jain… « Je me moque des noms et de la notoriété des artistes. Je suis juste un technicien qui fait son taf ». Dans cette liste des célébrités, il aurait bien aimé ajouter Karl Lagarfeld. 

Des appareils pour enfants autistes et personnes malentendantes

Simon Juif est dimanche 3 mars au Kalif à Rouen pour ce premier rendez-vous de Be Geek or be dead qui s’adresse à tous les passionnés de matériel en tout genre. Il sera entouré de plusieurs geeks tels que Théophile Popisson de Lemon Amps, de Van Flet, de Christophe Amilhat, de Nicolas Candé, de Loya…

En 2012, Simon Juif a déménagé LeSuédois à Paris et a évolué dans différents secteurs. « En 2015, j’ai rencontré des étudiants de l’école nationale supérieure du design industriel qui avaient l’idée de faire pousser des herbes aromatiques dans une cuisine. J’ai alors conçu des stations météorologiques. Cela a changé mon travail. C’est très innovant ». Il est aujourd’hui le directeur technique de La Cool Co, une Start up dans l’agrotech spécialisée dans la mesure et les contrôles environnementaux.

Simon Juif ne s’arrête pas là. Il a participé à l’élaboration d’objets électroniques d’exploration du son pour des personnes autistes. Cet Ovaom a été conçu pour l’éveil sonore et la motricité des enfants. « Nous ne sommes qu’au début de ce projet ». Au Kalif, il présentera également My Human Kit, un dispositif pour les personnes sourdes d’une oreille. Il a mis au point un « micro contrôleur » qui transmet le son par vibration à l’oreille. Il aura encore bien d’autres prototypes avec lui. 

Après s’est cassé le poignet, Simon Juif est revenu à ses premières explorations. Il joue à nouveau au Lego en guise de rééducation.

Infos pratiques

  • Dimanche 3 mars de 14 heures à 18 heures au Kalif à Rouen.
  • Entrée gratuite.