Depuis mi-août, 35 artistes ont investi le village de Veules-les-Roses. Ils ont eu un mois pour écrire et créer des œuvres originales qui sont présentées du 13 au 16 septembre lors du festival SITU, initié par le Groupe O et Lara Marcou et Marc Vittecoq. Nans Laborde-Jourdàa joue RN 134 et expose Quatre-Vingt-Neuf Et Une Nuits.

Nans Laborde-Jourdàa est un fidèle de SITU. Ce qu’il aime dans ce festival pluridisciplinaire, « c’est la manière dont les spectacles se créent. Chaque année, on repart à zéro. On ne peut pas se reposer sur des acquis. C’est à la fois excitant et joyeux. Les créations présentées pendant les festivals ne pourraient être imaginées ailleurs. L’artistique est au centre de tout. On a une idée, on vient l’écrire et on joue. C’est très simple, donc libérateur. Il y a par ailleurs une chose que j’apprécie tout particulièrement : la rencontre avec les habitants. On passe du temps avec eux. On tisse des liens avec eux. Ici, je me sens chez moi ».

SITU programme deux propositions artistiques de Nans Laborde-Jourdàa, comédien et metteur en scène originaire des Pyrénées. Il y a tout d’abord une exposition Quatre-Vingt-Neuf Et Une Nuits. C’est le temps passé à Los Angeles. Là-bas, sur la côte ouest des États-Unis, il a réalisé un journal intime à travers des photographies. 60 d’entre elles sont présentées pendant SITU dans les serres du Val à Veules-les-Roses. « Voyager avec un appareil-photo permet de naviguer agréablement et faire des rencontres. J’ai croisé des artistes peintres, suivi des lutteurs, des strip-teaseuses… Toutes ces personnes ont été des moteurs pour créer une fiction. Cette exposition ressemble à un conte ».

Une pastorale intime

Partir de faits réels pour écrire une fiction, c’est une démarche qu’a à nouveau suivi Nans Laborde-Jourdàa pour RN 134, un seul en scène dans lequel le comédien revient sur son adolescence passée dans les années 1990 dans un petit village. « Ce n’est pas facile de parler de soi, de sa famille. C’est même très étrange. J’ai dû me replonger dans mon passé, dans des moments lourds. Des fantômes ont surgi. J’ai alors écrit petit à petit des morceaux de la pièce. Ce texte n’est pas une thérapie mais une chose très intime ». Nans Laborde-Jourdàa a travaillé à partir de ses souvenirs et des enregistrements des membres de sa famille. « J’appartiens à une famille normale. Quand on se penche sur ses détails, on perçoit des choses inouïes dans la manière de parler, d’appréhender le monde… Quand j’ai commencé le théâtre à 18 ans, je ne me retrouvais pas dans les textes que l’on me proposait. J’avais envie surtout de retranscrire la parole de ces gens que j’aimais tellement. Ils ont leur place au théâtre ».

RN 134 est une pastorale dansée et chantée, un genre artistique très codifié proche du folklore. « J’aime bien le côté flamboyant et désuet ». Nans Laborde-Jourdàa détourne quelque peu les codes en écrivant une pastorale sur lui «  à l’ère de Facebook, d’Instragram. Chacun se met en scène et fait sa pastorale, écrit sa légende. J’essaie de rêver, de poétiser tout cela ».

  • RN 134, samedi 15 septembre à 21 heures à la salle Michel-Frager à Veules-les-Roses.
  • Quatre-Vingt-Neuf Et Une Nuits, du 13 au 16 septembre aux serres du Val à Veules-les-Roses
  • Tarifs : 10 €, 5 €, 2 € pour les moins de 14 ans, 35 € le pass SITU. Billetterie centrale sur la place Mélingue à Veules-les-Roses.
  • Programmation complète de SITU sur www.festivalsitu.org