C’est un concert consacré aux ballets russes. Les pianistes, Ursula von Lerber et Christian Erbslöh, interprètent à quatre mains L’Oiseau de feu et Petrouchka de Stravinsky, Valse de Ravel vendredi 8 mars au conservatoire de Rouen lors des Méridiennes. À ne pas manquer !

Stravinsky accompagne le parcours musical de ces deux interprètes généreux. Ursula von Lerber et Christian Erbslöh sont intarissables sur Le Sacre du printemps. « C’est viscéral ». Avec cette œuvre puissante, les deux pianistes ont vécu des moments un peu fous. Notamment quand ils se sont retrouvés deux fois, en 2010 et 2011, avec leur instrument et leur partition sur le chantier de l’espace Monet à Rouen. Deux interprétations qui ont été filmées par le cinéaste Franck Saint-Cast.

Pour cet événement Autour du piano lors des Méridiennes, Ursula von Lerber et Christian Erbslöh reviennent à Stravinsky. « Nous avons beaucoup joué Le Sacre du printemps. Puis nous sommes allés vers d’autres répertoires, français, arménien, américain. Le reprendre c’est comme retrouver un ami avec qui on n’a jamais cessé d’échanger ». 

Une première

Lors de ce concert, vendredi 8 mars au conservatoire de Rouen, pas de Sacre du printemps mais Petrouchka et L’Oiseau de feu. « Les trois Ballets russes, écrites en quatre ans, sont des œuvres magistrales qui marquent l’histoire de la musique. Il y a une réelle cohérence entre ces œuvres. Elles forment un triptyque ». Ursula von Lerber et Christian Erbslöh interprètent la version de Petrouchka pour deux pianos écrite Stravinsky lui-même. Cette pièce en quatre tableaux est une triste histoire d’amour : Petrouchka aime la ballerine mais elle est éprise du Maure… 

Autre pièce : L’Oiseau de feu. Ursula von Lerber et Christian Erbslöh n’ont pas oublié ce conte entendu pendant leur enfance. Pour l’aborder le pianiste a cherché dans ses « souvenirs les sentiments éprouvés à la lecture. Il faut nourrir son imagination et coller à l’histoire ». Pour Ursula von Lerber, la musique de Stravinsky est toujours aussi « moderne encore aujourd’hui. Elle évoque le passé, reflète le présent et ouvre vers l’avenir. Quand on y revient, on reste bouleversé. Elle touche profondément ».

Les deux interprètes ont choisi la nouvelle version de L’Oiseau de feu, commandée par le pianiste Cyprien Katsaris à Achilleas Wastor. Ce sera l’une des premières auditions en France. A Stravinsky, Ursula von Lerber et Christian Erbslöh ajoute Valse, une pièce connue de Ravel. Comme une suite logique.

Infos pratiques

  • Concert de Ursula von Lerber et Christian Erbslöh vendredi 8 mars à 12h15.
  • Récital de Tuija Hakkila, professeur à l’Académie Sibelius à Helsinki, vendredi 8 mars à 19h30.
  • Ateliers découverte samedi 9 mars à 12h30
  • Récital des étudiants en piano samedi 9 mars à 16h30
  • Concerts gratuits au conservatoire, 50, avenue de la Porte-des-Champs à Rouen