Pierre Guillois et ces deux complices du Fils du grand réseau ont installé leur petit logement sur le plateau du théâtre des Deux-Rives à Rouen jusqu’au 12 décembre. Bigre est un spectacle aussi drôle qu’absurde, aussi poétique que trash.

 

photo Pascal Pérennec

photo Pascal Pérennec

1h30 de rire ! En ces temps plus que sombres, cette parenthèse joyeuse fait le plus grand bien. Autant au cœur qu’à la tête. Parce que Bigre est un spectacle complètement déjanté mais intelligent. On pourra trouver toutes sortes d’influences : Buster Keaton, Harold Lloyd, Mr Bean, les Deschiens de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff… Tout ça mélangé donne un cocktail bien explosif.

 

Dans Bigre, présenté jusqu’au 12 décembre au théâtre des Deux-Rives à Rouen, il y a trois paumés, trois égarés de la vie qui habitent au dernier étage d’un immeuble dans de minuscules logements. Avec les toilettes au bout d’un étroit couloir. Deux hommes et une femme, cela permet plusieurs combinaisons… D’autant qu’ils n’ont a priori rien en commun. Sauf une profonde solitude déprimante. Le premier habite dans un studio tout blanc, ne supporte pas un gramme de poussière et le désordre. Tout est high tech, automatisé. Sans vie. Il tente néanmoins de tuer le temps avec des karaokés dans des langues imaginaires. Chez le deuxième, c’est le méga bordel avec des cartons et des meubles partout. Mais cette pagaille le rassure. Quant à la jeune femme, l’élément perturbateur de ce trio, elle vit dans une « maison » de poupée. C’est rose. C’est frais. Mais tout est bien triste pour cette solitaire qui s’improvise masseuse, coiffeuse, infirmière.

 

Les jours s’enchaînent mais ne se ressemblent pas du tout. A un moment, tout s’emballe. Entre voisins, il faut bien se parler et aussi s’entraider. Happy together ? comme le répète le tube des Turtles. Il faut bien même si l’un ne se prive pas de faire une petite vacherie aux deux autres. Pierre Guillois, Agathe L’Huillier et Olivier Martin-Salvan sont parvenus à créer une mécanique infaillible. Avec une économie de mots mais des corps très bavards. Leur écriture théâtrale est audacieuse, libre. Ils sont tous les trois capables des plus grandes loufoqueries. Bigre ! Comme c’est drôle.

 

 

 

  • Mercredi 9, jeudi 10, vendredi 11 décembre à 20 heures, samedi 12 décembre à 18 heures au théâtre des Deux-Rives à Rouen. Tarifs : 18 €, 13 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 03 29 78 ou sur www.cdn-hautenormandie.fr
  • Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du mercredi 9 décembre