Du rire, des sourires, des larmes, des performances, de la poésie… Il y a tout cela dans les 23 spectacles qui constituent la nouvelle saison du cirque-théâtre à Elbeuf. Explication avec la directrice, Yveline Rapeau.

Après la vache, la poule et le mouton, voilà le cochon. Un nouvel animal de la ferme accompagne cette saison 2019-2020 du cirque-théâtre à Elbeuf. Et il est bien grassouillet, ce cochon. « On va faire bombance », promet Yveline Rapeau. Avec son esprit espiègle, la directrice des pôles nationaux des arts du cirque normands n’hésite à s’amuser avec cette fameuse expression : tout est bon… Tout sera donc à déguster, à savourer lors de cette prochaine saison.

« Il y a parfois des convergences d’éléments qui font des années de grâce avec des artistes confirmés qui sont les stars d’aujourd’hui et les artistes émergents qui seront les stars de demain. J’aime cette saison parce qu’elle est le reflet du cirque contemporain. Le cirque a beaucoup évolué, s’est transformé, a connu des soubresauts. Il a failli s’éloigner du cirque. À un moment, on était même dans le non-cirque. Là, on retrouve un équilibre, une harmonie, un bon rapport entre le langage du cirque et la dramaturgie ».

Yveline Rapeau

De la tragédie et du burlesque

Cette saison 2019-2020 du cirque-théâtre commence avec la compagnie XY. Cette grande troupe de porteurs voltigeurs a mis le collectif au cœur de sa démarche artistique pour penser différemment l’espace et renouveler leur langage. « Elle parvient à porter au sommet du genre la portée acrobatique. Au fil des créations, on se demande toujours jusqu’où ces artistes vont pousser cette discipline et les limites », commente Yveline Rapeau. La compagnie XY propose tout d’abord Les Voyages en plein air les 7 et 8 septembre avant la création de leur nouveau spectacle Möbius, imaginé avec le chorégraphe Rachid Ouramdane les 28 et 29 septembre.

Fin de saison du 26 mai au 6 juin avec une légende du cirque contemporain : le Cirque Plume fait ses adieux après 40 années sur les routes avec son chapiteau. « Il a été précurseur. Pour moi, ce fut une révélation, confie la directrice. Le Cirque Plume est une compagnie à laquelle je dois ma passion pour le cirque contemporain. En rencontrant cette compagnie, j’ai rencontré le cirque. Elle a été une révolution pour le spectacle vivant. Il y a chez elle une inventivité, une poésie et chaque numéro fait sens ».

Entre ces deux rendez-vous, il y a la Compagnie du Chaos, le Groupe Bekkrell, La MPTA de Mathurin Bolze, La Mondiale générale, Akoreacro, la Quotidienne, le Cheptel Aleikoum, l’association W, Adrien M & Claire B, le Jardin des délices, le Galapiat Cirque…  Pour beaucoup, il est question de vie et de survie, de traces. « C’est une caractéristique du cirque contemporain. Les artistes sont en prise avec la société, s’approprient la tragédie de l’humanité qu’ils mettent en scène avec les forces de la vie. Elle se traite avec le corps, avec l’énergie du corps », remarque Yveline Rapeau. Et aussi avec beaucoup d’humour. La majorité des compagnies ont opté pour un style burlesque et des scénographies inventives. 

Infos pratiques