Le Théâtre de la chapelle Saint-Louis à Rouen, c’est deux lieux : la chapelle et la salle Louis-Jouvet qui permet un travail de diffusion et un accompagnement de jeunes compagnies durant la saison.

 

Saïd el Feliz de Thomas Germaine

Saïd el Feliz de Thomas Germaine

 

La saison du Théâtre de la chapelle Saint-Louis à Rouen qui s’est achevée a tout d’abord été marquée par un bon bilan : environ 80 % de taux de remplissage. « Je suis contente parce que nous n’avons pas eu de mauvaise surprise. De plus, cette saison, nous avions une grosse incertitude sur la salle Louis-Jouvet. Le travail avec les associations a été important parce que le public est venu en groupe ».

Des bons chiffres et surtout deux nouveautés. La première a été en effet l’ouverture de la salle Louis-Jouvet dans le quartier des Sapins. « Ce n’est pas un lieu de diffusion mais avant tout un lieu de travail qui permet d’accueillir des compagnies en résidence », rappelle Catherine Dété. La directrice y programme néanmoins, comme le prévoit le cahier des charges, des créations qui ne peuvent être jouées à la chapelle parce que « le plateau est trop petit » ou que « le spectacle intègre le gradin comme élément de décor ».

Autre nouveauté : Les Envolées, un temps fort qui est une suite logique des Esquisses où les compagnies émergentes présentent une étape de leur travail. Lors de ces Envolées, elles ont fait découvrir leur première mise en scène. Un moment important pour ces tout jeunes artistes qui se retrouvent ainsi sur les rails.

Pour la prochaine saison, pas d’Envolées, prévues tous les deux ans, mais à nouveau des Esquisses, presque une fois par mois. Le Théâtre de la chapelle Saint-Louis poursuit ainsi sa mission de soutien aux jeunes troupes et oriente sa programmation vers les écritures contemporaines. A partir du 1er octobre, elle réunit quatre auteurs, Hugo Paviot, David Arribe, Emmanuelle Destremau et Gustave Akakpo autour de la création d’une œuvre commune, jouée le 16 mai. Chacun sera à tour de rôle en résidence d’écriture à la salle Louis-Jouvet, pour imaginer une courte pièce pour trois comédiens en lien avec le quartier sur une époque, une origine de la famille, une situation sociale et la fonction de la salle. Les quatre auteurs tireront au sort leur sujet d’écriture le 1er octobre devant le public.

C’est Bruno Bayeux qui donnera vendredi 27 septembre le coup d’envoi de cette nouvelle saison, faite de retours, avec La Rousse, Thomas Germaine, la Compagnie Tourneboulé, La Magouille, Actea, pUnChiSnOtdeAd, de découvertes avec le Théâtre du Prisme, Marie Payen, la compagnie ChaliWatE. Le Théâtre de la chapelle accueille également des artistes normands comme Thomas Germaine qui reprend Saïd el Féliz, la compagnie étantdonné, Beau Geste et son fameux Bal, le théâtre Ephéméride qui vient de créer Esperanza.

 

  • Programme complet sur www.chapellesaintlouis.com