Des découvertes, des rencontres, de la danse, du théâtre et des concerts… Dominique Boivin et Jean-Yves Lazennec, les deux directeurs de l’Arsenal à Val-de-Reuil, présentent la saison vendredi 7 octobre.

 

photo Pascal Victor

photo Pascal Victor

C’est la deuxième saison du théâtre de l’Arsenal. La salle de Val-de-Reuil a ouvert ses portes il y a tout juste un an et a accueilli 11 500 spectateurs. Pendant cette année, Dominique Boivin et Jean-Yves Lazennec ont pu apprécier « la plasticité de ce nouveau lieu qui a une grande capacité à se réinventer ».

 

Les deux directeurs proposent ainsi une programmation éclectique. D’un côté, la danse. Dominique Boivin, directeur également de la compagnie Beau geste, veut proposer « deux points de vue ». Il revient tout d’abord sur l’histoire de la danse avec notamment May B de la compagnie Maguy Marin, la nouvelle création de Robyn Orlin, Beauty remained for just a moment then returned gently to her starting position. « Elle porte un regard sur l’Afrique et les Africains et est au cœur de l’action et de la fantaisie africaine ». Avec Tutu, les Chicos Mambos revisitent les icônes du ballet. Dominique Boivin accentue surtout sa programmation sur la danse contemporaine, sur un hip-hop qui ne cesse de s’émanciper. Amala Dianor bouscule les frontières de la danse. La compagnie S’Poart s’est laissée inspirer par la couleur rouge.

 

Autre rendez-vous : le Temps danse automnal qui mêle danseurs professionnels et amateurs. « C’est un travail de fond que nous menons. Cela commence à l’école. Il faut du courage pour dire : je fais de la danse. Je crois à l’effet d’imitation. Quand on voit un grand frère danser, cela motive ». L’événement Beau geste mélange les genres et les générations. Il y aura aussi une Folle soirée où se retrouvent des compagnies régionales, La Presque Compagnie et La PJPP.

 

L’Arsenal, c’est aussi du théâtre, « l’art du présent », comme le définit Jean-Yves Lazennec. « Nous avons entamé un travail sur la trace, sur l’immédiateté ». Première pièce : Battlefield d’après la Mahabharata, mis en scène Peter Brook. « C’est un récit fondateur qui parle de notre présent, un message humaniste ». Les Tréteaux de France se penche sur un dialogue de Platon interrogeant le courage, la contradiction. Quant à Pauline Bayle, elle revient sur L’Iliade. La compagnie Memento Mori revient à Camus avec Les Justes. Plus léger, Philippe Caubère se souvient du Bac 1968. La troupe de Denis Podalydès poursuit sa tournée avec Le Bourgeois gentilhomme de Molière et Lully. Tout comme La Part des anges avec Dormir cent ans.

 

Cette saison, le théâtre de l’Arsenal accueille plusieurs fois l’orchestre régional de Normandie avec un ciné-concert consacré à Charlie Chaplin, un spectacle musical inspiré de Pierre et le loup de Prokofiev et un concert au chocolat.

 

 

  • Vendredi 7 octobre à 19h30 à l’Arsenal à Val-de-Reuil. Entre libre. Réservation au 02 32 40 70 40 ou sur www.theatredel’arsenal.fr
  • Programmation complète : ici